Écoles : une rentrée en ordre dispersé

Combien d’enfants reprendront-ils le chemin de l’école, lundi 11 mai ? Combien de professeurs accepteront-ils de les accueillir en respectant toutes les consignes de sécurité ? La réouverture des établissements vire au casse-tête. Mardi 5 mai, Emmanuel Macron s’est voulu rassurant. 

FRANCE 2

Un président de la République et un ministre de l’Éducation nationale masqués. L'école maternelle Pierre de Ronsart de Poissy (Yvelines) ne voit pas cela tous les jours. D'ailleurs, certains enfants de la classe de CP n'ont pas reconnu Emmanuel Macron, mardi 5 mai. Emmanuel Macron a choisi de faire passer son message dans cette classe modèle.

"Plutôt une bonne rentrée qu’une rentrée en nombre"

Les enfants des soignants sont accueillis dans cette école. Ici, les consignes sont respectées : tables éloignées, lavage de mains systématique. Mais derrière l'exercice de pédagogie, le message s'adresse surtout aux parents et aux enseignants. Il tient en un mot : rassurer. "On ne dira jamais à un enseignant pour qui les conditions ne sont pas remplies d'aller travailler. Mon objectif, ce n'est pas combien d'écoles, c'est que tous les enfants qui ont besoin de revenir à l'école puissent trouver une école ouverte avec un temps aménagé. Je veux plutôt une bonne rentrée qu'une rentrée en nombre", précise le président. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le chef de l\'Etat Emmanuel Macron en visite dans une école élémentaire de Poissy (Yvelines), le 5 mai 2020.
Le chef de l'Etat Emmanuel Macron en visite dans une école élémentaire de Poissy (Yvelines), le 5 mai 2020. (IAN LANGSDON / AFP)