DIRECT. Covid-19 : l'Agence européenne des médicaments se prononcera jeudi sur les soupçons d'effets indésirables liés au vaccin AstraZeneca

La France, l'Allemagne et l'Italie ont à leur tour annoncé suspendre l'utilisation de ce vaccin en attendant l'avis de l'instance européenne, après des inquiétudes liées à des cas de problèmes sanguins chez des patients vaccinés à l'aide de ce sérum.

Un médecin brandit une fiole du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 dans un centre de vaccination à Milan (Italie), le 15 mars 2021.
Un médecin brandit une fiole du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 dans un centre de vaccination à Milan (Italie), le 15 mars 2021. (PIERO CRUCIATTI / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Combien de temps faudra-t-il pour trancher les interrogations au sujet du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 ? L'Agence européenne du médicament (EMA) annonce dans un communiqué, lundi 15 mars, qu'elle tiendra une réunion extraordinaire jeudi pour tirer les conclusions de son enquête sur les liens éventuels entre le vaccin anglo-suédois et l'apparition de caillots sanguins chez des personnes l'ayant reçu. L'EMA rappelle que la fréquence de ces problèmes de santé chez les personnes vaccinées "ne semble pas plus importante" que celle observée dans le reste de la population.

En France, un seul cas de thrombose a été signalé chez une personne vaccinée, indique la présidente du réseau français de pharmacovigilance sur franceinfo. L'ANSM, équivalent français de l'EMA, promet de communiquer des "premiers éléments scientifiques" mardi. L'OMS, de son côté, a appelé les pays à continuer de l'utiliser et va réunir un groupe d'experts mardi.

 La France suspend l'utilisation du vaccin AstraZeneca. Emmanuel Macron a indiqué, lundi, avoir pris cette décision "par précaution (...) en espérant reprendre [la vaccination] vite si l'avis de l'EMA le permet". C'est la décision allemande qui a "pris de court" la France, qui pensait attendre le verdict européen, indiquent plusieurs sources gouvernementales à franceinfo et France Télévisions.

 Une décision similaire dans d'autres pays européens. Berlin avait annoncé une suspension de l'utilisation du vaccin quelques heures avant la France. L'Italie a adopté la même position plus tard dans l'après-midi, suivie par l'Espagne. Au total, imitant la décision du Danemark le 11 mars, une dizaine de pays européen a décidé de stopper les injections du vaccin AstraZeneca ou des vaccins issus d'un lot spécifique de celui-ci.

 Les réanimations franciliennes plus remplies qu'au pic de la deuxième vague. Lundi, 1 166 malades étaient en soins intensifs dans la région, selon le point quotidien de la Direction générale de la santé, soit davantage qu'au plus fort du pic de novembre. Ce décompte n'avait pas été aussi haut depuis le 10 mai dernier, à la veille du premier déconfinement. Au niveau national, les entrées à l'hôpital et en réanimation ont cependant connu une légère baisse par rapport au lundi précédent.

 Les entreprises pourront verser une prime de 1 000 euros défiscalisée. Jean Castex a annoncé le renouvellement de ce dispositif expérimenté en 2019 et 2020, et parfois appelé "prime Macron". Tous les salariés pourront en bénéficier. Par ailleurs, la prime à l'embauche des jeunes pourrait être versée jusqu'au 31 mai, mais sera réservée à partir d'avril aux salaires inférieurs à 1,6 smic, et les aides à l'apprentissage se poursuivront jusqu'à la fin de 2021.

De nouvelles mesures à prévoir, prévient Emmanuel Macron. "Nous aurons à prendre dans les jours qui viennent sans doute de nouvelles décisions" pour lutter contre l'épidémie, a-t-il indiqué lundi, revendiquant des restrictions prises "de manière adaptée et proportionnée".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #COVID_19

23h40 : Les services d'Olivier Véran ajoutent que "des investigations approfondies sont en cours, afin de mieux connaître ce variant et son impact". Des expérimentations vont également avoir lieu pour étudier la manière dont ce variant réagit à la vaccination et aux anticorps développés lors de précédentes infections, indique le texte.

23h40 : Dans un communiqué diffusé ce soir, le ministère de la Santé évoque la découverte d'un nouveau variant du Covid-19 en Bretagne, souligné plus tôt par la DGS. "Les premières analyses de ce nouveau variant ne permettent de conclure ni à une gravité ni à une transmissibilité accrues par rapport au virus historique", écrit le ministère.

23h23 : "Au-delà de la crise, pour faire face à des dépenses de santé qui vont être maintenues dans la durée, il y aura nécessairement des évolutions de gouvernance et des mesures d'économies à programmer dans le temps."

Dans une interview accordée aux Echos avec Olivier Veran, Olivier Dussopt souligne la résistance financière de la Sécurité sociale face à la crise du Covid-19. Mais assure donc que des mesures d'économie seront indispensables.

23h04 : Faute de touristes, les propriétaires de logements Airbnb n'ont quasiment plus de clients, et donc, de rentrées d'argent. Certains sont obligés de vendre pour rembourser leur crédit, d'autres se tournent vers la location meublée, comme l'expliquent nos confrères de France 3.

22h48 : La gronde continue dans le milieu de la culture. A Bordeaux, des intermittents du spectacle ont occupé ce soir l'opéra de la ville, rapportent nos amis de France 3. Ils réclament une réouverture des lieux culturels, un plan d'aide massif de la culture, et la prolongation de l'année blanche accordée aux intermittents d'une année supplémentaire.




(MARIE NEUVILLE / FRANCE 3)

22h38 : "On sait que quand on vaccine à très grande échelle, il va survenir des événements qui seraient survenus potentiellement en dehors de tout vaccin. Donc, toute la difficulté, c'est de faire la part des choses entre un évènement qui est une coïncidence d'un évènement qui pourrait être lié au vaccin."

Interrogée par franceinfo, l'infectiologue Odile Launay comprend la suspension du vaccin AstraZeneca décidée par la France, mais rappelle que ce vaccin propose des résultats "très efficaces" contre le Covid-19.

22h22 : "Des investigations complémentaires sont également en cours afin d’évaluer l’impact de ces mutations sur la transmissibilité, la sévérité et le risque éventuel d’échappement immunitaire de ce nouveau variant", continue la DGS. En l'attente de nouvelles données à son sujet, la DGS et le Centre National de Référence Virus respiratoires ont classé cette nouvelle souche comme étant "à surveiller".

22h19 : La Direction générale de la santé a publié ce soir un document destiné aux professionnels de santé du pays. Son objet ? La découverte d'un nouveau variant dans un regroupement de cas identifié en Bretagne. Problème : les modifications génétiques de ce variant ont possiblement eu un impact sur son dépistage par les tests virologiques et ont peut-être conduit à "un sous-diagnostic", écrit la DGS.

21h44 : Les transferts de malades du Covid-19 entre régions continuent. Une vingtaine de nouveaux patients hospitalisés en Ile-de-France et en région Provence-Alpes-Côte d'Azur devraient être pris en charge cette semaine dans différents établissements hospitaliers publics et privés d'Occitanie, nous apprend France 3.

21h28 : De nouvelles armes face aux formes graves de la maladie ? Deux médicaments à base d'une combinaison de deux anticorps de synthèse ont été autorisés en France pour traiter précocement, dès l'apparition des symptômes, les adultes les plus à risque de forme grave de Covid-19, a annoncé aujourd'hui l'Agence du médicament (ANSM). Nous vous en disons davantage ici.

21h22 : Bonsoir @Petitloir. Je comprends votre interrogation : invité hier soir de Samuel Etienne sur Twitch, Jean Castexa reconnu évoqué la possibilité d'un reconfinement en Ile-de-France si le taux d'incidence de 400 était atteint, ce qui a été fait ce soir. Matignon a plus tôt aujourd'hui apporté des précisions concernant les propos du Premier ministre : "Le taux d'incidence de 400 est un point de vigilance très fort mais il ne s'agit pas d'un seuil de confinement [pour l'Ile-de-France], tous les autres indicateurs sont pris en compte", a-t-on déclaré au sein des services de Jean Castex. On peut penser par exemple au taux de positivité des tests, au taux de reproduction du virus, ou encore à la tension hospitalière.

21h22 : Bonjour, d'après le site covid tracker, le taux d'incidence de la région IDF est de 404. Le gouvernement se basera sur quelle source pour décider du confinement ou non ?

21h02 : Bonsoir @vacciné. Vous êtes encore nombreux à poser cette question. Nos journalistes ont contacté le ministère de la Santé, mais n'avons pas encore obtenu de réponse à cette question. Nous reviendrons vers vous dès que nous en saurons plus. La situation devrait s'éclaircir d'ici jeudi, date de la "réunion extraordinaire" organisée par l'Agence européenne sur le vaccin AstraZeneca.

20h57 : Bon ok on suspend le vaccin astrazeneca, et tous ceux qui ont la 1ère injection ils font quoi ? Il recommence ? Quelques cas et même pas certain que c'est lié au vaccin, et on stoppe tout !!! Désespérant

20h39 : Avec 1 609 nouvelles hospitalisations en 24 heures dans tout le pays, il y a désormais 25 469 malades du Covid à l'hôpital en France. 333 nouveaux décès ont été enregistrés à l'hôpital en 24 heures.

20h46 : Au-delà de l'Ile-de-France, la pression sur la réanimation a continué de grimper aujourd'hui avec plus de 4 200 malades du Covid dans ces services, dont 400 nouveaux admis par rapport à la veille, selon Santé publique France. Au total, 4 219 malades du coronavirus sont en réanimation dans les hôpitaux français ce lundi, au plus haut depuis la fin novembre 2020.

20h06 : Voici le point sur l'actualité à 20 heures :

Paris, Rome, Berlin, Ljubljana et Madrid ont suspendu la vaccination avec AstraZeneca, allongeant la liste des pays ayant pris cette mesure face aux craintes d'effets secondaires. De quoi porter un coup à la campagne mondiale d'immunisation pour combattre la pandémie, malgré les assurances de l'OMS quant à la sûreté de ce vaccin.

• Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés en soins critiques en Île-de-France atteint ce soir 1 152, selon l'agence régionale de santé (ARS). C'est davantage qu'au pic de la deuxième vague épidémique, à l'automne.

• Les entreprises pourront à nouveau verser en 2021 une prime défiscalisée et exonérée de cotisations sociales de 1 000 euros pour "tous les salariés", a annoncé le Premier ministre Jean Castex à l'issue de la 3e conférence du dialogue social.

• Le film Mank, ode à l'âge d'or d'Hollywood de David Fincher, avec Gary Oldman dans le rôle principal, part en tête de la course pour la 93e édition des Oscars, avec dix nominations au total.

19h58 : Bonjour . Votre point de vue se comprend : cette prime ne vient en effet pas de l'Etat. Versée par les entreprises volontaires, elle était toutefois défiscalisée, sans cotisations à condition de ne pas dépasser 1 000 euros. Mise en place à la suite du mouvement des "gilets jaunes", elle a concerné en 2019 et 2020 plus de 4 millions de salariés. Ceux-ci avaient touché autour de 500 euros en moyenne, comme nous l'expliquons ici.

19h58 : S'il vous plait, enlevons ce nom de "prime Macron" qui prête à confusion : ce n'est pas lui qui la verse, mais les entreprises qui le peuvent, et les salariés qui ne la reçoivent pas vont penser que ce sont ces entreprises qui ne jouent pas le jeu pour une prime versée par l'Etat.

19h23 : Bonjour franceinfo : reconfinement ou pas ?Merci

19h16 : Du côté de l'Elysée, on évoque une "mesure de précaution" pour justifier la suspension de l'utilisation du vaccin AstraZeneca. La décision ferme de continuer à l'utiliser ou non sera prise lorsque l'avis européen sera connu. La présidence ne précise pas de date, mais indique que "cela pourrait être jeudi", jour de la réunion extraordinaire annoncée plus tôt par l'Agence européenne des médicaments.

19h13 : Contactée par France Télévisions, une source ministérielle explique que le gouvernement avait prévu d'"attendre la décision du régulateur européen" pour suspendre ou non la vaccination avec le vaccin d'AstraZeneca. Mais le fait que Berlin ait décidé de mettre sur pause l'utilisation de ce vaccin a précipité le choix de Paris d'en faire de même.

19h10 : L'Espagne suspend à son tour la vaccination avec le vaccin d'AstraZeneca, annonce le gouvernement.

19h14 : "Autant nous sommes totalement mobilisés par la crise sanitaire, autant nous avons le devoir de prévoir la sortie de crise. Nous devons le faire dans la concertation. (...) Plus que jamais, le dialogue social constitue un antidote à la crise multiforme que traverse notre pays."

19h02 : "Au terme des échanges avec les partenaires sociaux, le gouvernement a décidé d'autoriser en 2021, comme lors des deux dernières années, le versement d'une prime de 1000 euros défiscalisable, plus connue sous le nom de prime Macron".



18h59 : "J'ai décidé de prolonger le soutien exceptionnel de l'Etat à l'apprentissage jusqu'à la fin 2021 pour plus de visibilité. Cela représente un effort budgétaire de 2,4 milliards d'euros."


Jean Castex s'exprime à l'issue de la conférence de dialogue social organisée à Matignon.

18h52 : Quels souvenirs gardez-vous du premier jour de confinement, le 17 mars 2020 ? A quelques jours de la date anniversaire du premier confinement instauré en France pour limiter la propagation du Covid-19, notre journaliste Guillemette Jeannot souhaite recueillir vos souvenirs de cette journée pas comme les autres. N'hésitez pas à compléter le questionnaire présent dans cet article afin qu'elle puisse vous recontacter.

18h46 : Face à la saturation hospitalières, plusieurs patients en réanimation ont été transférés de la région francilienne vers l'ouest du pays depuis samedi. Une centaine de personnes devraient suivre le même chemin dans la semaine. Franceinfo vous détaille les implications de ce choix de l'éxécutif, qui ne fait pas l'unanimité.

18h39 : 1 152 patients diagnostiqués positifs au Covid-19 sont actuellement hospitalisés en réanimation en Ile-de-France. Un nombre plus élevé que celui mesuré lors du pic de la seconde vague de contaminations en novembre, annonce l'ARS.

18h36 : "Nous ne voulons pas que les gens paniquent et, pour le moment, nous recommandons que les pays continuent de vacciner avec AstraZeneca", a toutefois déclaré Soumya Swaminathan, cheffe scientifique de l'Organisation mondiale de la santé, lors d'une conférence de presse à Genève.

18h32 : L'Organisation mondiale de la santé (OMS) va de son côté réunir demain son groupe d'experts sur la vaccination pour étudier la sécurité du vaccin AstraZeneca, a annoncé le chef de l'agence onusienne.

18h32 : "Plusieurs milliers de personnes développent des caillots sanguins chaque année dans l'UE pour différentes raisons. Le nombre total d'événements thromboemboliques chez les personnes vaccinées ne semble pas être supérieur à celui observé dans la population générale."

Dans son communiqué, l'EMA évoque la question des "événements impliquant des caillots sanguins" chez un "un très petit nombre de personnes ayant reçu le vaccin" AstraZeneca.

18h19 : On ignore pour l'instant si l'annonce par l'Agence européenne d'une "réunion extraordinaire" jeudi sur le vaccin AstraZeneca va repousser la suspension temporaire de la vaccination annoncée aujourd'hui par Emmanuel Macron. Dans son communiqué, l'EMA indique tout de même que son comité de sécurité "examinera plus en détails" les données disponibles ce mardi.

18h31 : Dans son communiqué (en anglais), l'Agence européenne des médicaments ajoute que les avantages du vaccin l'emportent toujours sur les risques.

18h11 : L'Agence européenne des médicaments (EMA) annonce la tenue d'une "réunion extraordinaire" jeudi, après la suspension par plusieurs pays de l'utilisation du vaccin AstraZeneca en raison de craintes liées à la formation de caillots sanguins.

18h00 : Il est 18 heures, faisons un point sur l'actualité :

• Après l'Allemagne plus tôt dans l'après-midi, Emmanuel Macron a annoncé que la France suspendait également l'administration du vaccin AstraZeneca. Le chef de l'Etat espère le reprendre "vite si l'avis de l'EMA (Agence européenne du médicament) le permet". Suivez notre direct.

Berlin a salué la conclusion d'un accord entre le groupe américain Johnson & Johnson et le laboratoire IDT Biologika pour produire des doses de vaccins en Allemagne, alors que l'UE est confrontée à des retards de livraison dus notamment à la législation américaine.


• Jean Castex réunit en ce moment syndicat et patronat sur la "sortie de crise". Le gouvernement souhaite trouver une "méthode pour à la fois travailler sur les scénarios de levée de restrictions sanitaires" et "trouver le bon calendrier, le bon dosage" pour "travailler au débranchement progressif des aides".

Le film Mank, ode à l'âge d'or d'Hollywood de David Fincher, avec Gary Oldman dans le rôle principal, part en tête de la course pour la 93e édition des Oscars, avec dix nominations au total.

17h47 : Bonjour , vous êtes très nombreux à poser cette question. Nos journalistes ont contacté le ministère de la Santé pour tenter d'avoir une réponse au plus vite. Nous reviendrons vers vous dès que nous en saurons plus. Il faut avoir en tête que ce vaccin n'est, pour le moment, suspendu que pour 24 heures, dans l'attente de l'avis de l’Agence européenne des médicaments, qui doit être rendu demain.

17h44 : Bonjour, une question sur la suspension provisoire du vaccin AstraZeneca : que se passerait-il pour les personnes qui ont déjà reçu leur première injection ? ( dont je fais partie ) Merci pour votre travail

17h23 : "Les essais cliniques du vaccin ont été faits sur 30 000 patients et maintenant on a plusieurs millions de personnes vaccinées [dans le monde]. Donc soit il est coupable d'effets secondaires qui ne remontent que maintenant (...) soit ça n'a rien à voir et c'est une pure coïncidence", analyse sur franceinfo Jean-Michel Claverie, directeur de l'Institut microbiologie de la Méditerranée, à propos des effets secondaires du vaccin AstraZeneca.

16h43 : "C'est en fonction de cela que nous aurons à prendre de nouvelles décisions, sans doute dans les prochains jours, pour que nous puissions redonner de la visibilité à nos concitoyens sur le calendrier."

16h38 : Interrogé à propos d'un éventuel reconfinement, Emmanuel Macron n'a pas apporté de réponse claire sur le sujet. "Nous devons concilier plusieurs dimensions de la vie de notre nation : protéger les plus faibles (...), protéger des autres maladies qui continuent pendant ce virus (...), protéger de la détresse qui va avec le fait d'être isolé (...). C'est cet ensemble qu'il faut constamment prendre en considération de manière adaptée, proportionnée et en regardant l'évolution de l'épidémie ville par ville, territoire par territoire", a expliqué le chef de l'Etat.

16h32 : "L'autorité européenne, l'EMA, rendra demain après-midi un avis sur le recours à ce vaccin et donc, sur la recommandation du ministre des Solidarités et de la Santé, en lien avec les autorités sanitaires françaises, la décision qui a été prise (...) est de suspendre, par précaution, la vaccination avec AstraZeneca, en espérant la reprendre vite si l'avis de l'EMA le permet", a déclaré Emmanuel Macron, en conférence de presse.

16h36 : La vaccination avec AstraZeneca est suspendue en France "par précaution" jusqu'à demain après-midi, dans l'attente de l'avis de l'Agence européenne des médicaments (EMA), annonce Emmanuel Macron.

16h08 : "C'est une petite moitié des plus jeunes patients qui vont ressentir de la fièvre et parfois rester cloués au lit pendant trois à quatre heures après avoir été vaccinés."

Le professeur Jean-François Timsit, chef du service réanimation de l'hôpital Bichat, défend l'intérêt du vaccin AstraZeneca. Selon lui, les éventuels effets secondaires sont "à mettre en perspective avec les vies sauvées" et avec les formes de Covid long, observées chez les populations jeunes.

16h14 : Faisons un point sur l'actualité :

L'Allemagne suspend la vaccination avec AstraZeneca "à titre préventif" après le signalement d'effets secondaires, a annoncé le ministère de la Santé. Suivez notre direct.

Jean Castex réunit en ce moment syndicat et patronat sur la . Le gouvernement souhaite trouver une "méthode pour à la fois travailler sur les scénarios de levée de restrictions sanitaires" et "trouver le bon calendrier, le bon dosage" pour "travailler au débranchement progressif des aides".


Alexeï Navalny dit être incarcéré dans un "camp de concentration", dans un message sur son compte Instagram. L'opposant russe purge une peine de deux ans et demi de prison dans la colonie pénitentiaire n°2 dans la périphérie de la ville de Pokrov.

• Feu vert pour les insecticides "tueurs d'abeilles". Le Conseil d'Etat a rejeté le recours de plusieurs ONG qui réclamaient en urgence l'interdiction du retour temporaire des néonicotinoïdes dans la filière de la betterave sucrière.


Le film Mank, ode à l'âge d'or d'Hollywood de David Fincher, avec Gary Oldman dans le rôle principal, part en tête de la course pour la 93e édition des Oscars, avec dix nominations au total.


16h16 : L'institut médical Paul-Ehrlich, qui conseille le gouvernement allemand, "estime que d'autres examens [sont] nécessaires", après des cas de formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées en Europe, a précisé un porte-parole du ministère, alors que plusieurs pays ont déjà pris une telle mesure.

15h42 : L'Allemagne suspend la vaccination avec AstraZeneca, a annoncé le ministère de la Santé.

15h24 : Depuis ce matin, le stade Vélodrome à Marseille accueille les premiers patients qui souhaitent être vaccinés. Ce centre va pouvoir accueillir jusqu’à 1 000 personnes par jour.

14h57 : Berlin a salué la conclusion d'un accord entre le groupe américain Johnson & Johnson et le laboratoire IDT Biologika pour produire des doses de vaccins en Allemagne, alors que l'UE est confrontée à des retards de livraison.