La France suspend l'utilisation du vaccin AstraZeneca jusqu'à un avis européen, annonce Emmanuel Macron

Le chef de l'Etat en a fait l'annonce, lundi, depuis le sommet franco-espagnol, à Montauban (Tarn-et-Garonne).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuel Macron, lors du sommet franco-espagnol à Montauban (Tarn-et-Garonne), le 15 mars 2021. (FRED SCHEIBER / POOL / AFP)

La France, à son tour, a décidé lundi 15 mars de "suspendre par précaution" l'utilisation du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, en attendant un avis de l'Agence européenne des médicaments, a annoncé Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Montauban (Tarn-et-Garonne).

Le chef de l'Etat a dit "espérer reprendre vite" la vaccination avec ce sérum "si l'avis de l'autorité européenne le permet", alors que plusieurs pays européens ont eux aussi suspendu ce vaccin, dont l'Allemagne et l'Italie, le même jour.

"L'Autorité européenne, l'EMA, rendra demain après-midi un avis sur le recours à ce vaccin (...). La décision qui a été prise en conformité aussi avec notre politique européenne est de suspendre par précaution la vaccination avec AstraZeneca en espérant la reprendre vite si l'avis de l'EMA le permet", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, à l'issue d'un sommet franco-espagnol.

Plusieurs pays européens ont pris la même décision

Une douzaine de pays ont suspendu par précaution l'utilisation du vaccin AstraZeneca après le signalement d'effets indésirables "possibles", mais sans lien avéré à ce stade. Parmi eux figurent l'Allemagne, l'Italie ou encore les Pays-Bas.

Le groupe pharmaceutique anglo-suédois affirme qu'il n'y a "aucune preuve de risque aggravé" de caillot sanguin entraîné par son vaccin, tandis que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu'il n'y a "pas de raison de ne pas utiliser" ce vaccin. Le sérum AstraZeneca a par ailleurs déjà été massivement utilisé au Royaume-Uni, sans problèmes particuliers.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.