Covid-19 : les entreprises pourront verser une prime défiscalisée de 1 000 euros en 2021, annonce Jean Castex

Le ministère du Travail a rapidement précisé que cette prime est d'abord adressée aux "bas salaires". Le Medef estime que "beaucoup d'entreprises auront du mal à la verser".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre Jean Castex au Sénat, le 10 mars 2021. (ANTONIN BURAT / HANS LUCAS / AFP)

Les entreprises seront-elles nombreuses à la verser ? Jean Castex a annoncé, lundi 15 mars, qu'il serait à nouveau possible pour elles, en 2021, de verser à leurs employés une prime allant jusqu'à 1 000 euros qui sera défiscalisée et exonérée de cotisations sociales. Un dispositif similaire, parfois appelé "prime Macron", avait été proposé en 2019, dans la foulée du mouvement des "gilets jaunes", et en 2020, face à la crise économique liée au Covid-19.

"Les travailleurs de la deuxième ligne", exerçant des activités jugées essentielles pour la continuité économique comme le commerce, la propreté, le bâtiment ou le transport routier, "devront bien entendu en être les bénéficiaires privilégiés", a estimé Jean Castex. Certaines entreprises pourront faire grimper cette prime jusqu'à 2 000 euros, si elles ont "conclu un accord d'intéressement d'ici la fin de l'année" ou "ouvert des négociations sur la valorisation des métiers concernés", a indiqué le Premier ministre. 

Le ministère du Travail a toutefois rapidement précisé que le "niveau de ciblage" de la prime sera à négocier avec les partenaires sociaux, l'idée étant de la "centrer sur les bas salaires".

A priori peu d'entreprises la verseront

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a exprimé son scepticisme lundi soir sur franceinfo : "Tant que ce n'est pas obligatoire, c'est au bon vouloir des employeurs... Et pour l'instant, c'est un mauvais vouloir, si vous me permettez l'expression."

Le Medef a mis en garde contre une "désillusion" car "les entreprises ont vécu leur pire année et beaucoup auront du mal à la verser". En revanche, l'U2P, qui représente les commerçants et artisans, "souscrit à la possibilité donnée aux entreprises" d'accorder une prime qui serait une "juste reconnaissance de la Nation" pour les travailleurs de deuxième ligne.

Jean Castex a par ailleurs ajouté que la prime à l'embauche des jeunes pourrait être versée jusqu'au 31 mai, mais qu'elle ne concernera, à partir d'avril, que les salaires inférieurs à 1,6 smic. Il a ajouté que les aides à l'apprentissage se poursuivraient jusqu'à la fin de 2021.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.