"Mardi c’est sûr qu’on sera prêts à redémarrer" : comme tous les lieux culturels, le théâtre de La Scala suspendu aux annonces de Jean Castex

Le Premier ministre doit annoncer jeudi soir ce que le gouvernement a décidé sur la suite de la gestion de la crise sanitaire. Les Français devraient pouvoir fêter Noël en famille mais la réouverture des lieux culturels prévue mardi prochain reste en suspens. Sans savoir ce qui les attend, les théâtres se préparent à lever leur rideau.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un technicien du théâtre La Scala à Paris en train de préparer une salle (photo d'illustration, 2018). (JOEL SAGET / AFP)

Sur la scène de la grande salle de La Scala à Paris, où doit reprendre la semaine prochaine Une histoire d’amour, la dernière pièce de l’auteur et metteur en scène Alexis Michalik, le directeur technique dirige la remise en route des installations : "On remet tout en état pour être prêts à redémarrer dès qu’on va nous dire. Malheureusement on ne sait pas, mais on sera prêts. Mardi c’est sûr qu’on sera prêts à redémarrer."

Un "paquebot" à remettre en route

Prêt à redémarrer… Faire comme si tout allait reprendre, car ici comme ailleurs il est impossible d’attendre le dernier moment. "Le problème c’est qu’un théâtre comme le nôtre, pour se remettre en route, c’est un paquebot !", explique Frédéric Biessy, le directeur de la Scala. Il faut s’y prendre à l’avance, il faut dépenser pas mal d’argent dans la com, dans la remobilisation des équipes. Aujourd’hui, on a des équipes qui passent leur journée au téléphone à rappeler les gens pour dire : c’est bon, on reprend. Vous allez pouvoir reporter."

"Ce qui m’inquiète le plus c’est l’impact que pourrait avoir un troisième arrêt sur le moral des équipes." 

Frédéric Biessy, le directeur de la Scala

à franceinfo

Une quinzaine de personnes ont repris le travail depuis deux semaines, des techniciens et des administratifs. "Vous allez voir les deux personnes de la billetterie et une troisième au bureau, qui sont toute la journée au travail à rappeler les gens, à accompagner le public, à faire en sorte qu’il soit informé autant qu’on l’est nous de notre réaction à tous les évènements", poursuit Frédéric Biessy.

Garder le lien avec les clients

Marina, la responsable billetterie, est inquiète : "On ne sait pas ce qu’il va nous arriver ou pas. Qu’est-ce qu’on fait avec nos clients ? On les rassure principalement. Sur Alexis Michalik en l’occurrence, ce sont des gens qui du coup ont subi déjà le premier confinement. Donc on a des clients qui avaient déjà des billets au mois de mars qui ont été reportés sur le mois de juin, qui ont été reportés sur le mois de novembre et qui là, se disent : est-ce qu’il va bien continuer ? Donc encore une fois, on les rassure, on leur dit que oui, il va bien continuer et on essaie principalement de garder le lien avec eux."

Garder le lien car Marina sait que si le théâtre ne rouvre pas mardi prochain il faudra encore une fois prévenir les spectateurs que les représentations sont reportées. 

"C’est dur parce qu’après ça va être : 'est-ce qu’on aura une date ou on va encore être dans du peut-être'?"

Marina, responsable de la billetterie à La Scala

à franceinfo

Les artistes eux aussi se préparent malgré l’incertitude : Alexis Michalik et sa troupe sont jeudi 10 décembre à la Scala pour répéter. 

La Scala prépare sa réouverture. Un reportage d'Anne Chépeau.
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.