"Je revis !" ou "Je vais garder le masque" : les Parisiens tantôt ravis, tantôt surpris par la fin du port du masque à l'extérieur

Le Premier ministre a annoncé que le port du masque à l'extérieur ne sera plus obligatoire à partir de ce jeudi. Le couvre feu va lui prendre fin dimanche, 10 jours avant la date initialement prévue. Dans les rues de Paris, les habitants affichent leur joie, ou leur circonspection.

Article rédigé par
Farida Nouar - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des Parisiens lors de la 20e édition du Parcours Saint -Germain, une exposition dans les rues du Quartier Latin. (illustration) (1er juin 2021). (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

C'est ce que beaucoup de Français attendaient avec impatience : Jean Castex, le Premier ministre, a annoncé mercredi 16 juin que le port du masque à l'extérieur ne sera plus obligatoire à partir de ce jeudi, exception faite pour certaines circonstances comme les regroupements, les lieux bondés ou les stades. Autre annonce : la fin du couvre-feu finalement ce dimanche, avec un peu moins de deux semaines d'avance.

>> Fin du couvre-feu, port du masque à l'extérieur, vaccination... Ce qu'il faut retenir des annonces de Jean Castex

Dans les rues de Paris, la bonne nouvelle est encore plus appréciée quand on étouffe sous son masque avec la chaleur dans la capitale. Yanis a hâte d'être à jeudi pour s'en débarrasser et cela va lui faire, dit-il, "un bien fou".

"Tout le monde est d'accord sur le fait de l'enlever à l'extérieur, surtout en cette période de chaleur, où on a vraiment une certaine envie de respirer l'air. Personne ne contestera ce choix-là !"

Yanis

à franceinfo

Mario, lui, ronchonne un peu en attendant le bus. "Je pense que c'est un petit peu trop tôt, explique-t-il. Parce que le virus, il est encore vivant. Il y a quand même des risques. Moi, si j'ai envie de le garder, je peux le garder." Régine, retraitée, a déjà bien enregistré les consignes : "À l'extérieur, je l'enlèverai, mais pour faire mes courses, je le remettrai !"

Certains sont plus mesurés

Il y a aussi des réactions plus mesurées. "Ouais, ‘enfin’, on va dire !, s'exclame un jeune homme. Mais ce n'est pas vraiment la fin. La Hollande a par exemple enlevé les masques mais gardé le couvre-feu." Et quand on lui apprend que le couvre-feu est supprimé lui-aussi ce week-end, il sourit : "Ça, c'est mieux ! C'est déjà meilleur que le masque, parce que la fin du masque, ça ne change pas grand-chose."

"La fin du couvre-feu ça va permettre, surtout à nous les jeunes, de sortir le week-end un peu plus longtemps."

Un jeune Parisien

à franceinfo

Chez les jeunes, justement, cette nouvelle est une libération. Dans ce groupe de lycéens, on savoure la fin du masque avec humour. "Moi, je ne suis pas content, plaisante l'un d'eux, parce qu'il y en a qui puent de la bouche, ça va gâcher l'atmosphère ! En vrai de vrai, je suis content de retirer ce masque, surtout que j'ai envie d'avaler le soleil ! Donc ça me fait très plaisir !" "On est contentes parce qu'il fait chaud, on ne pouvait plus respirer avec le masque, on va être enfin libres et tranquilles", complète, enthousiaste, une amie à ses côtés.

Une bouffée d’air et la vie qui reprend

"Je suis vraiment libérée, poursuit-elle. C'est comme si je prenais une nouvelle bouffée d'air, comme si une nouvelle vie commençait, comme s'il n'y avait plus de pandémie, même si on sait qu'elle est toujours là. Il n'y a plus qu'à profiter du soleil !" Comme une bouffée d'air, les masques tombent en extérieur, donc, dès jeudi. Pour la fin du couvre-feu, il leur faudra patienter jusqu'à dimanche.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Déconfinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.