Baccalauréat : les aménagements de Jean-Michel Banquer ne convainquent pas les lycéens

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Baccalauréat : les aménagements de Jean-Michel Banquer ne convainquent pas les lycéens
FRANCE 3
Article rédigé par
M-P.Samitier, L.Audebert, B.Vignais, France 3 Rhône-Alpes, P.Bouchetou - France 3
France Télévisions

Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Banquer a annoncé, mercredi 5 mai, des aménagements concernant les épreuves du baccalauréat 2021. Pour la philosophie, la meilleure note sera retenue entre celle de l'épreuve et celle du contrôle continu.

Les candidats au baccalauréat se mobilisent au matin du jeudi 6 mai. À Antibes (Alpes-Maritimes), les revendications sont claires et les lycéens sont en colère. "On voudrait faire comme l'année dernière, que tout soit en contrôle continu, qu'on prenne nos notes de l'année et pas qu'on passe des épreuves sur quelque chose que l'on n'a pas vu, parce qu'on ne peut pas connaître le sujet à l'avance", demande une lycéenne.

"Les aménagements qui sont proposés n'avancent rien"

À Grenoble (Isère), les réactions aux annonces de Jean-Michel Blanquer sont unanimes. "Les aménagements qui sont proposés n'avancent rien, ne donnent pas de choses pertinentes", explique Nicolas Picot, professeur de sciences physiques. Ce qui a mis le feu aux poudres est l'annonce faite mercredi 5 mai du maintien de l'épreuve de philosophie. Et le fait de retenir la meilleure des notes entre l'écrit et le contrôle continu n'apaise pas la colère.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Déconfinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.