Déconfinement : l’espoir des retrouvailles pour les grands-parents

La deuxième phase du déconfinement est de plus en plus attendue par de nombreux grands-parents, qui s’impatientent. Vont-ils pouvoir retrouver leurs petits-enfants, lorsqu’ils habitent à plus de 100 km ?

Une jeune grand-mère parisienne rêve de pouvoir rendre visite à ses petits-enfants. Problème, ils vivent en Charente, bien au-delà des 100 km de déplacement autorisés. Elle attend donc beaucoup des nouvelles mesures que le Premier ministre annoncera jeudi 28 mai dans l’après-midi. "Personnellement, ce que je réclame, c’est qu’on ait cette autorisation d’aller au-delà des 100 km et que les petits-enfants aînés l’aient également pour rejoindre leurs grands-parents", plaide-t-elle.

Prouver une présence nécessaire

Même ras-le-bol chez des grands-parents lillois, dont les enfants et petits-enfants vivent très loin. L’attestation de circulation actuelle prévoit bien une dérogation pour la garde d’enfants, mais cela concerne d’abord les parents séparés. Les grands-parents peuvent néanmoins en profiter, sous conditions. Par exemple, il leur faut produire une attestation de l’employeur des parents et de l’école des enfants, prouvant que leur présence est nécessaire, et seul une personne peut se déplacer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des personnes âgées portant des masques dans le quartier de Montmartre, à Paris, le 25 avril 2020. 
Des personnes âgées portant des masques dans le quartier de Montmartre, à Paris, le 25 avril 2020.  (CLAIRE-LISE HAVET / HANS LUCAS / AFP)