Déconfinement : les discothèques toujours dans l'attente

Les discothèques ne devraient pas rouvrir avant septembre. C'est un tout un secteur qui est touché et qui appelle le gouvernement à réagir. 

France 2

Justin Corrion est le patron d'une discothèque à Caen (Calvados). Comme les 1 500 établissements de nuits en France, interdiction pour lui de rouvrir. Il se sent oublié par le gouvernement"On voit les jours passer, les gens qui rouvrent leur commerce et qui eux réussissent à s'en sortir. Et nous on coule de jour en jour", assure Justin Corrion, qui dirige la discothèque Cosy Room. 

Des députés viennent au secours du secteur

Une quarantaine de députés, dont certains de la majorité, entendent défendre ce secteur durement touché. "Il y a des soirées privées organisées un peu partout en France. Des villas louées, des manoirs louées, des châteaux loués. Pour moi on est dans l'enfumage, il n'y a pas d'autres mots", explique Christophe Blanchet, député LREM du Calvados. Près d'Orléans (Loiret), dimanche 22 juin, les habitués d'une discothèque ont profité de la fête de la musique pour apporter leur soutien aux gérants. Le syndicat des établissements de nuit envisage un recours devant le Conseil d'Etat, pour que les 45 000 salariés des discothèques retrouvent leur activité. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Les autorités et le milieu de la nuit parisienne tirent la sonnette d\'alarme face à l\'usage croissant chez les jeunes fêtards d\'une drogue de synthèse, la GBL.
Les autorités et le milieu de la nuit parisienne tirent la sonnette d'alarme face à l'usage croissant chez les jeunes fêtards d'une drogue de synthèse, la GBL. (VOISIN / PHANIE / AFP)