Déconfinement : les coiffeurs ont peur de devoir "facturer un coût supplémentaire" aux clients à cause du prix des mesures d'hygiène

L’épidémie de Covid-19 est également un fléau pour l’économie. Le début du déconfinement est prévu, en théorie, lundi 11 mai. Date à laquelle la plupart des commerces pourront rouvrir mais pas dans n'importe quelles conditions. Illustration avec une coiffeuse d'Alençon, dans l'Orne.

Article rédigé par
Edité par Camille Laurent - Grégoire Lecalot
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un coiffeur au centre de Carry-le-Rouet dans le sud de la France, où des Français ont été placés en quarantaine à leur retour de Chine en février 2020. (HECTOR RETAMAL / AFP)

Comme la plupart des commerçants, les coiffeurs se préparent à rouvrir le 11 mai mais dans des conditions dégradées. Audrey Devouge, jeune patronne pleine d’énergie, est impatiente de reprendre l'activité de son salon de coiffure ouvert il y a deux ans à Alençon, dans l'Orne : "C'est clair qu'il faut rouvrir parce qu'il faudra vivre avec ce coronavirus. On reçoit beaucoup de messages disant 'on a hâte de revenir', 'on n'en peut plus'."

Tabliers et peignoirs jetables

Audrey Devouge va organiser son équipe pour qu’il n’y ait que deux coiffeuses au lieu de quatre à la fois dans le salon, et trois clients au lieu de six habituellement. Une réorganisation dans des conditions d’hygiène strictes, détaille la patronne : "on essaye de se procurer des masques, des tabliers jetables, des peignoirs jetables pour les clients, des gels et des sprays pour désinfecter après chaque client". Mais ces mesures vont sans doute faire grimper les prix, souligne la patronne : "On sera certainement obligés de refacturer aux clients un coût supplémentaire."

Je pense que beaucoup de salons vont facturer entre 2 et 3 euros le coût en plus.

Audrey Devouge, patronne d'un salon de coiffure à Alençon

à franceinfo

Audrey Devouge craint tout de même de voir fondre son chiffre d’affaires : "On ne sait toujours pas si on va pouvoir proposer des techniques de coiffure, c'est-à-dire des couleurs, des permanentes, des mèches, tout ce qui nous demande beaucoup plus de temps à faire. C'est une bonne partie de notre chiffre d'affaires." Pour tenter de compenser, Audrey Devouge ouvrira son salon six jours sur sept au lieu de cinq.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.