Déconfinement : l'appel du lien social

Après six semaines de confinement, on commence tous à avoir des fourmis dans les jambes. Jeudi 30 avril, Rébecca Shankland, psychologue et coauteur de Ces liens qui nous font vivre, analyse nos envies de lien social en cette période si particulière.

franceinfo

Est-ce normal, en ces temps de confinement, d'avoir envie de voir du monde et de serrer nos amis dans nos bras, même si c'est interdit ? "Lors de cette longue période, on assiste à une prise de conscience massive de l'importance de nos relations et du contact. Comme le montrent des recherches depuis très longtemps, le contact physique a un effet apaisant pour les enfants mais aussi pour les adultes. Par exemple, le simple fait de prendre la main d'un proche permet d'apaiser la douleur", détaille Rébecca Shankland, psychologue et coauteur de Ces liens qui nous font vivre.

"Orienter les tensions vers les interactions satisfaisantes"

Jusqu'au 11 mai, date du déconfinement il va cependant falloir tenir. "Ce qu'on propose, dans les recherches sur la psychologie positive, c'est d'orienter les tensions vers les petites interactions qui ont été satisfaisantes, comme par exemple l'appel d'un ami (...) Ça permet d'augmenter la satisfaction à la fin de la journée", poursuit Rébecca Shankland.

Le JT
Les autres sujets du JT
En période de confinement Covid-19, certaines personnes n\'ont d\'autre choix que de se faire livrer. Un livreur passe le colis par la fenêtre afin d\'éviter tout contact, le 29 mars à Nice (Alpes-Maritimes).
En période de confinement Covid-19, certaines personnes n'ont d'autre choix que de se faire livrer. Un livreur passe le colis par la fenêtre afin d'éviter tout contact, le 29 mars à Nice (Alpes-Maritimes). (ARIE BOTBOL / HANS LUCAS / AFP)