Déconfinement : "Il faut prolonger l'ensemble des droits des chômeurs au moins jusqu'à la fin de l'année", réclame le Mouvement national des chômeurs et précaires

Pierre-Edouard Magnan, le président du Mouvement national des chômeurs et précaires, craint que sur les 12 millions de salariés en chômage partiel, de nombreux peinent à retrouver un emploi.l".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une agence Pôle emploi de Rennes, le 17 février 2020. (MARC OLLIVIER / MAXPPP)

"En urgence, comme on l'a fait pour les intermittents, Il faut prolonger l'ensemble des droits des chômeurs au moins jusqu'à la fin de l'année", a affirmé dimanche 10 mai sur franceinfo Pierre-Edouard Magnan, le président du Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP), à la veille du déconfinement qui va voir de nombreux salariés reprendre le chemin du travail, quand d'autres resteront au chômage ou en situation de grande précarité.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct

Avec le déconfinement, "cela va être bientôt le déconfinement du chômage et de la précarité", estime Pierre-Edouard Magnan. "Il ne faut pas culpabiliser. Personne n'est responsable de son chômage", alerte le président du MNCP pour qui "la hausse très forte du chômage de mars n'est que la non-reconduction des contrats précaires". Ce ne serait, d'après lui, "qu'une petite partie de l'iceberg". Il craint que sur les 12 millions de salariés en chômage partiel, "il y en ait de très nombreux qui aient beaucoup de mal à retrouver un emploi en sortant du chômage partiel".

Face à cette crise, Pierre-Edouard Magnan estime qu'il faut "à tout prix, annuler définitivement cette calamiteuse réforme de l'assurance chômage". Même s'il reconnaît que le gouvernement a dit "qu'il allait adapter" cette réforme en raison de la crise, il appelle à ne pas oublier qu'à "chaque fois qu'on adapte une réforme, c'est pour piquer de l'argent aux chômeurs. Il ne faut pas l'adapter, il faut la retirer". "On nous avait expliqué que cette réforme était formidable pour aider les chômeurs à trouver du boulot, poursuit-il. Quand on arrive dans une période de crise, on nous explique qu'il faut reculer parce qu'elle a trop précarisé les gens.."

Je suis très heureux que le gouvernement donne raison au Mouvement national des chômeurs et précaires.

Pierre-Edouard Magnan

à franceinfo

Pour aider les chômeurs et précaires, Pierre-Edouard Magnan lance un appel au gouvernement à ce que leur parole "soit entendue". Il demande "des mesures fortes en termes d'accompagnement et d'indemnisation, sur le modèle de ce qui est fait sur les intermittents". Il espère que "le gouvernement va redécouvrir que les contrats aidés ont des qualités" et c'est "un outil sur lequel il va falloir appuyer". Il attend également une aide forte pour ceux "qui accompagnent les chômeurs et précaires. Il va falloir mettre des moyens pour l'emploi".

L'ensemble du secteur associatif "qui fait un travail énorme, d'accompagnement des personnes en précarité et à qui on ne cesse de diminuer les moyens depuis des années et des années" devra obtenir des moyens. Pierre-Edouard Magnan plaide pour "un accompagnement très fort" sans lequel "on va non seulement empêcher les gens de retrouver un emploi, mais on va perdre des gens pour la société, des gens qui vont se retrouver seul, isolé et on sait à quoi cela conduit".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.