DIRECT. Coronavirus : Boris Johnson annonce le prolongement du confinement au moins jusqu'au 1er juin au Royaume-Uni

Le Premier ministre britannique s'est exprimé dimanche soir lors d'une allocution télévisée.

Une famille britannique regarde l\'allocution du Premier ministre britannique Boris Johnson, à Londres, le 10 mai 2020.
Une famille britannique regarde l'allocution du Premier ministre britannique Boris Johnson, à Londres, le 10 mai 2020. (ADRIAN DENNIS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le déconfinement français doit débuter dès le 11 mai mais nos voisins d'outre-Manche vont devoir faire preuve de patience. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé, dimanche 10 mai, que le confinement était prolongé au Royaume-Uni au moins jusqu'au 1er juin. Certains lieux publics pourront rouvrir début juillet, a-t-il ajouté. Suivez la situation dans notre direct.

Confinement prolongé jusqu'au 1er juin au Royaume-Uni. "Bien que nous ayons fait des progrès pour satisfaire au moins certaines des conditions que j'ai fixées, nous ne les avons pas toutes remplies. Ce n'est donc pas le moment, cette semaine, de mettre fin au confinement", a déclaré Boris Johnson. Toutefois, il a déclaré viser une réouverture des magasins et écoles primaires "au plus tôt début juin", et de certains bars et restaurants début juillet. Il a également annoncé sa volonté d'instaurer bientôt "une quarantaine pour les personnes qui entrent dans ce pays par avion".

En Ile-de-France, des voies réservées au covoiturage dès lundi. Les voies d'ordinaire réservées aux transports en commun et aux taxis sur les autoroutes A1 et A6A pourront temporairement être empruntées par les véhicules de covoiturage. Le ministère de la Transition écologique souligne que "la mise en oeuvre du covoiturage doit cependant être adaptée au contexte de lutte contre l'épidémie de coronavirus" et cite "plusieurs obligations sanitaires" : un seul passager est admis, il ne peut s'assoir à côté du conducteur et tous deux doivent porter un masque.

En France, 70 morts liées au Covid-19 en vingt-quatre heures. L'épidémie continue de ralentir en France dans l'Hexagone. La Direction générale de la Santé a annoncé, dimanche, 70 morts supplémentaires du Covid-19 en 24 heures. Une seule de ces morts a eu lieu dans un établissement médico-social, les autres étant répertoriées à l'hôpital. Cela porte à 26 830 le nombre de morts liés au Covid-19 depuis le 1er mars (16 642 dans les hôpitaux et 9 738 dans les établissements sociaux et médicaux sociaux).

 L'épidémie de Covid-19 ralentit en Espagne. Le nombre de morts liées au nouveau coronavirus dans le pays a augmenté de 143 au cours des dernières 24 heures, soit le plus faible bilan quotidien depuis la mi-mars, a annoncé le ministère espagnol de la Santé, dimanche. Le bilan total des décès liés au Covid-19 en Espagne s'élève désormais à 26 621, soit le quatrième total le plus élevé au monde, juste devant la France. Quant au nombre de cas confirmés de contamination, il a augmenté de 812 sur un jour pour atteindre 224 390. Il s'agit du deuxième total le plus élevé au monde derrière les Etats-Unis.

Un déconfinement progressif en France et en Espagne. Alors que la France vit son dernier jour de confinement dimanche, l'Espagne lance elle aussi lundi une nouvelle phase de déconfinement. Celle-ci prévoit notamment la possibilité, pour la moitié des habitants du pays, de se déplacer au sein de leur province, d'aller à des concerts et dans des théâtres. Les deux principales villes du pays, Madrid et Barcelone, ne bénéficieront pas de ces assouplissements.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CORONAVIRUS

18h37 : La direction générale de la santé annonce 70 morts supplémentaires du Covid-19 en vingt-quatre heures.

18h37 : Le déconfinement, demain, s'accompagnera en Ile-de-France d'un déploiement des forces de l'ordre. Quelque 2 000 policiers et gendarmes seront mobilisés sur le réseau ferré, sur 164 points de contrôle où ils accompagneront les agents de la RATP et la SNCF, a annoncé le préfet de police de Paris Didier Lallement. Ils seront également 500 sur le réseau routier.

17h52 : On le sait peu, mais 647 résidents polynésiens et 351 étudiants sont coincés en métropole depuis mars et l'arrêt des liaisons aériennes avec l'archipel. Entre 70 et 80 d'entre-eux ont pu embarquer dans un avion ce matin, sur un vol initialement mis en place pour le ravitaillement en fret de la Polynésie française. Les autres devront être patients : un tel vol n'est organisé que tous les 10 jours.

17h54 : En Vendée, quatre salariés d'un abattoir de volailles ont été testés positifs au Covid-19. Après 261 premiers tests au sein de l'entreprise, une nouvelle série de 400 dépistages sera organisée demain. L'Agence régionale de santé va aussi mener un travail d'identification des personnes ayant été en contact avec eux.

17h36 : Bonjour @Lando. Je vous confirme que l'attestation qu'il faudra remplir pour se déplacer à plus de 100 km hors de son département n'est pas encore en ligne, et le ministère de l'Intérieur ne nous a pas donné d'heure pour sa publication. Je serais en revanche très surpris qu'elle ne soit pas publiée avant demain matin...

17h36 : Bonjour. Je prends la route demain matin pour reprendre mon activité située à 300 km de mon lieux de confinement. Aucune attestation sur les 100 km n'est disponible ! Que faire si elle n'est pas disponible ? Merci de m'aider avant de prendre la route.

17h20 : Bonjour @John. Votre déplacement pourrait relever de ce qu'on appelle un motif familial impérieux, qui est un des motifs de déplacement autorisés au-delà de 100 km. Nous avions interrogé la police nationale sur ce que recouvrait ce terme, et elle mentionnait notamment "l'accompagnement d'une personne vulnérable ou non autonome". Ce qui semble correspondre à vos parents, s'ils ont du mal à faire leurs courses.

17h20 : Bonjour et merci pour votre live :) Nous sommes sur Paris et souhaitons rejoindre mes parents (75 ans) qui sont très isolés et sans aides avec des difficultés pour faire leurs courses. Pensez-vous qu’aux yeux des forces de l’ordre, cela constitue une dérogation aux 100 km ? Merci pour votre aide, nous ne savons vraiment plus comment faire...

17h55 : La LDH estime que la situation est comparable à celle de la ville de Sceaux (Hauts-de-Seine), où l'association avait contesté avec succès un arrêté instaurant un couvre-feu. La justice avait jugé qu'un maire ne pouvait pas durcir les mesures sanitaires du gouvernement. Mais un autre recours, contre un couvre-feu instauré à Nice cette fois, mais seulement dans certains quartiers, avait échoué.

17h55 : La Ligue des droits de l'homme annonce qu'elle va contester en justice l'arrêté de la ville de Nice qui rendra obligatoire à partir de demain le port du masque dans tout l'espace public de 8 heures à 20 heures. Le recours sera examiné demain à 14 heures.

17h56 : L'Allemagne n'en est pas là, mais l'Institut Robert Koch, qui fait référence outre-Rhin, donne une nouvelle inquiétante : le taux de reproduction du virus, c'est-à-dire le nombre moyen de personnes infectées par chaque malade, est remonté entre 1 et 1,1, une zone où l'épidémie risque de repartir. Il était encore de 0,7 il y a quelques jours.

17h00 : En Iran, près d'un mois après avoir autorisé la reprise des activités économiques, les autorités ont rétabli les restrictions au Khouzestan, une province de l'ouest du pays frontalière avec l'Irak. "La situation ne doit en aucun cas être considérée comme normale", a averti un porte-parole du ministère de la Santé, la qualifiant même de "critique" dans cette province et, "dans une certaine mesure, à Téhéran".

16h52 : Aux Etats-Unis, les contaminations dans les hautes-sphères du gouvernement sèment la pagaille. L'épidémiologiste Anthony Fauci, expert le plus important de l'équipe de lutte contre l'épidémie de la Maison Blanche, se place en isolement pour deux semaines après avoir été en contact avec un malade.

C'est aussi le cas des patrons du Centre de contrôle et de prévention des maladies et de la Food and Drug Administration, dont le rôle est notamment d'autoriser la mise sur le marché des médicaments.

16h45 : Quand ils rouvriront, à une date encore indéterminée, les cinémas auront-ils seulement des films à diffuser ? Les acteurs de l'industrie s'inquiètent des difficultés pour reprendre les tournages, surtout à l'approche de l'été : c'est à cette saison que se fait habituellement les deux-tiers de la production.

16h08 : Vous avez peut-être hâte de retrouver les coiffeurs, près de deux mois après leur fermeture. Eux, en tout cas, se préparent à rouvrir demain. France 2 s'est rendu dans un salon d'Antibes (Alpes-Maritimes) qui a investi pour sécuriser les lieux, et dont le carnet de rendez-vous est déjà plein pour la semaine prochaine.

16h05 : Il est 16 heures, faisons un point sur l'actu :

Un cas de Covid-19 a été détecté à Wuhan, en Chine, le premier foyer de l'épidémie. Il s'agit d'une première depuis plus d'un mois.


#CORONAVIRUS Invité de l'émission "Le Grand Jury" sur RTL, Le Figaro et LCI, le secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé que les premiers contrôles des masques et attestations dans les transports en commun auraient lieu à partir de mercredi.


Météo France a placé ce matin huit nouveaux départements de la région parisienne en vigilance orange en raison des risques d'orages. Au total, dix-huit départements sont concernés par cette vigilance.

16h05 : Selon un sondage réalisé par la Confédération des commerçants de France, 85% d'entre eux se disent inquiets pour l'avenir. Si le dispositif du Prêt garanti par l'Etat (PGE) doit permettre aux entreprises de garder la tête hors de l'eau, il n'est pas accordé à tout le monde.

15h48 : La pénurie de pâtes aux pemiers jours du confinement a inspiré un photographe professionnel de Troyes. Il en a fait une série photo vendue au profit des soignants.

15h40 : La famille au cœur du foyer de contaminations qui a émergé à Eglise-Neuve-de-Vergt (Dordogne) se défend de toute légèreté dans l'application des règles du confinement, auprès de France Bleu Périgord. "Tout a été fait dans les règles", assure un fils du défunt dont l'enterrement est soupçonné d'être à l'origine des contaminations.

15h34 : De nombreux fidèles de l'église de la Porte ouverte chrétienne ont été contaminés par Covid-19 après le rassemblement évangélique organisé à Mulhouse en février dernier, et 31 d'entre eux en sont morts. Depuis, la Porte ouverte chrétienne est stigmatisée, accusée par certains d’avoir propagé inconsciemment ce virus à travers le pays.