C'est mon boulot, France info

Déconfinement : ces quelques secteurs qui recrutent alors que les offres d'emploi sont en chute

Plus d’un chef d’entreprise sur cinq envisage de licencier et pourtant, dans certains secteurs, comme la santé ou l’agriculture, l’emploi reprend de la vigueur.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des ouvriers récoltent des asperges dans un champ de Raedershseim (Haut-Rhin).
Des ouvriers récoltent des asperges dans un champ de Raedershseim (Haut-Rhin). (JEAN-FRANÇOIS FREY / MAXPPP)

Il n’y a pas de quoi pavoiser quand on regarde les chiffres de l’emploi. Le service statistique du ministère du Travail vient d’éplucher les annonces parues sur une quinzaine de sites d’emploi. Le nombre d’offres n’est qu’à 75% de ce qu’il est en temps normal. Le moral des chefs d’entreprise n’est pas au beau fixe : 22% d’entre eux selon un sondage réalisé par StaffMe, projettent de licencier dans les mois qui viennent. Mais quelques coins de ciel bleu apparaissent dans ce ciel chargé. Certains secteurs, faute d’être véritablement en forme, sont moins à la peine que les autres.

Il y en a même un qui a vu son nombre d’offres d’emploi augmenter, c’est l’agriculture. Pôle emploi note un regain d’annonces, sans compter que 300 000 personnes se sont inscrites sur la plateforme desbraspourtonassiette, lancée à l’appel du ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume. Il s’agissait de "lever une armée", de faire venir dans les champs les personnes au chômage partiel. Au total seuls 15 000 contrats de travail ont été signés. Mais l’agriculture a retrouvé de la vigueur.

Des secteurs d'activité en tension

La baisse des offres d’emploi a été nettement moins importante dans le secteur de la santé que dans les autres secteurs. Idem dans l’hébergement social et le médico-social. Ce mouvement s’est doublé là aussi du succès d’une plateforme spécialement lancée pour recruter dans les secteurs en tension que sont la santé, l’agro-alimentaire, les transports, la logistique, l’aide à domicile et les télécommunications. mobilisationemploi.gouv.fr a rencontré un beau succès. Plus de 13 000 recrutements, dont presque la moitié dans la santé et l’action sociale. Le moteur de recherche Indeed le confirme : crise sanitaire oblige, les soins infirmiers affichent une belle résistance, devant la pharmacie.

Plus surprenant, alors que les activités des agences immobilières sont restées au point mort pendant deux mois, le nombre d’annonces d’emploi dans ce secteur recule moins que la moyenne. Avant la crise, l’emploi dans le secteur immobilier était en pleine forme.

D'autres secteurs commencent à profiter du déconfinement. Après un net recul en avril, le mois de mai marque un début de reprise dans la construction, selon le site d’emploi Monster. Idem pour le secteur du transport. La vente et l’éducation sont sur la même tendance de reprise douce. D’autres métiers connaissent un rebond, bien logique : avec la reprise du travail dans les entreprises, de gros besoin de nettoyage et de désinfection des locaux et des bureaux se sont fait jour. Les métiers de l’hygiène et de la propreté amorcent donc une reprise.

Des ouvriers récoltent des asperges dans un champ de Raedershseim (Haut-Rhin).
Des ouvriers récoltent des asperges dans un champ de Raedershseim (Haut-Rhin). (JEAN-FRANÇOIS FREY / MAXPPP)