Covid-19 : "Une trentaine de départements dépassent le seuil d'alerte renforcée", indique le créateur du site CovidTracker

L'impact des fêtes de fin d'année sur l'épidémie de coronavirus en France n'est pas encore connu. Ce sera le cas dans les prochains jours estime sur franceinfo Guillaume Rozier, ingénieur en informatique et créateur du site CovidTracker. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Service de réanimation du centre hospitalier de Bourg-en-Bresse (Ain) (CATHERINE AULAZ / MAXPPP)

Une semaine après les fêtes de fin d'année, le nombre de contaminations reste élevé. La France a enregistré ainsi mercredi 25 379 nouveaux cas de coronavirus, loin des 5 000 cas espérés par le gouvernement. Il est toutefois encore difficile de savoir quel sera l'impact réel de la période des fêtes. "On aura sûrement une vision plus claire dans les prochains jours", estime Guillaume Rozier, ingénieur en informatique et créateur du site CovidTrackerjeudi 7 janvier sur franceinfo 

>> Covid-19 : les dernières informations sur la pandémie dans notre Direct

Actuellement, "une trentaine de départements dépassent le seuil d'alerte renforcée", a expliqué jeudi 7 janvier sur franceinfo Guillaume Rozier, ingénieur en informatique et créateur du site CovidTracker qui compile les chiffres des autorités sanitaires.

franceinfo : Où en est-on au niveau des contaminations ?

Guillaume Rozier : C'est difficile d'avoir une vision claire de la situation épidémique parce qu'on a assisté à un testing massif des Français juste avant Noël. Cela a entraîné une hausse des cas détectés, puisque plus on cherche, plus on trouve. La proportion des tests qui sont positifs s'était écroulée après ce testing massif et a depuis retrouvé le niveau de la première quinzaine de décembre. On aura sûrement une vision plus claire dans les prochains jours.

Qu'en est-il du seuil des 5 000 contaminations ?

On est très loin de ce seuil. On est à peu près à 13 000 cas détectés quotidien. On fait plus de tests que début décembre. Le virus circule de façon conséquente, on est à un niveau de circulation du virus qui est équivalent à fin septembre. 

"Il circule beaucoup mais on attend de voir si c'est de plus en plus ou de façon constante. Dans tous les cas, une très légère augmentation du taux de reproduction entraînerait une explosion et une nouvelle vague."

Guillaume Rozier, créateur du site CovidTracker

à franceinfo

Est-ce qu'il y a une vraie distinction géographique ?

En Métropole, tous les départements dépassent le seuil d'alerte qui est de 50 cas par semaine pour 100 000 habitants, sauf le Finistère. L'Est est beaucoup plus touché, avec des départements dépassant 200 à 300 cas en taux d'incidence donc c'est quatre à cinq fois supérieur aux taux d'alerte. On a une dizaine de départements en Métropole qui dépassent le seuil d'alerte maximal qui avait été défini par le gouvernement, une trentaine dépasse le seuil d'alerte renforcée.

L'écart est-il important avec la Grande-Bretagne et l'Allemagne ?

Oui. En Grande-Bretagne, ils sont actuellement dans une situation épidémique qui est équivalente au pic de notre deuxième vague fin octobre et en France on est à des niveaux bien plus faibles. En Allemagne, en Espagne et en Italie, ils ont une situation épidémique qui est assez équivalente à celle de la France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.