Covid-19 : un conseil sanitaire se tiendra lundi "pour voir s'il y a lieu de prendre des mesures supplémentaires", annonce Jean Castex

Le Premier ministre a fait cette annonce alors que la présence du variant Omicron est désormais officielle dans l'Hexagone et que le variant Delta est responsable de l'aggravation de l'épidémie à trois semaines de Noël.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran à Angoulême (Charente), le 2 décembre 2021. (YOHAN BONNET / AFP)

Le gouvernement attentif à la situation. Alors que le variant Omicron est officiellement présent sur le territoire de la France métropolitaine, Jean Castex a annoncé, jeudi 2 décembre, la tenue d'un nouveau conseil de défense sanitaire lundi prochain en fin de matinée, a appris le service politique de France Télévisions.

>> Covid-19 : suivez les dernières infos sur le variant Omicron dans notre direct

L'objectif : "Voir s'il y a lieu de prendre des mesures supplémentaires", a déclaré le Premier ministre, alors que la situation en France se dégrade en raison du variant Delta du Covid-19. Cette cinquième vague de la pandémie est "particulièrement forte" et "la situation est préoccupante", a-t-il ajouté, en citant des chiffres orientés à la hausse, dont une "progression de 60% des cas constatés en une semaine".

"Il y a toutes les doses qu'il faut"

"Nous restons extrêmement vigilants", a abondé le ministre de la Santé Olivier Véran, en s'appuyant sur les modélisations de l'Institut Pasteur qui prévoient 3 000 malades du Covid en réanimation mi-décembre, contre près de 2 000 actuellement. "Nous ne laisserons pas la pression monter trop haut" dans les hôpitaux, a souligné le ministre, répondant à une question sur un possible retour des jauges dans les établissements recevant du public, à commencer par les cafés et restaurants.

En attendant, Jean Castex a renouvelé ses appels à la vaccination, en assurant que "personne ne sera laissé sans possibilité de faire son rappel avant l'échéance du 15 janvier", date à laquelle le pass sanitaire commencera à ne plus être valable pour les personnes n'ayant pas reçu d'injection complémentaire dans les temps impartis. "Il y a toutes les doses qu'il faut", a insisté le chef du gouvernement, en ajoutant que "de nombreux créneaux de rendez-vous vont ouvrir dans les prochains jours"

Depuis l'ouverture à tous les Français de plus de 12 ans de la dose de rappel jeudi dernier, "un total de 4,5 millions de rendez-vous ont été pris" s'est félicité le Premier ministre. Il a également relevé que le nombre de premières injections repartait à la hausse, alors que six millions de Français éligibles, dont 1,2 million de plus de 65 ans, n'ont toujours reçu aucune dose.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.