Covid-19 : les transports en commun sont des "bétaillères à virus", selon le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts

Julien Bayou a tenu ces propos, mercredi, sur Public Sénat, suggérant la mise en place de "navettes rapides aux heures de pointe".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des voyageurs dans un métro parisien, le 1er octobre 2020. (VALENTINO BELLONI / HANS LUCAS / AFP)

Julien Bayou, secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts, demande de la cohérence au gouvernement dans les mesures prises pour freiner la pandémie de Covid-19. "Si on ferme les bars il faut être cohérent et donc permettre de désengorger les transports en commun (..) On a, aux heures de pointe, beaucoup de monde dans les transports, l'impression parfois d'être dans des bétaillères à virus, des clusters roulants, a-t-il lancé, mercredi 14 octobre, sur Public Sénat. Il faut pouvoir mettre en place des navettes rapides aux heures de pointe", a-t-il proposé.

>> Retrouvez les dernières informations sur la pandémie de Covid-19 dans notre direct

Dans les grandes agglomérations, notamment à Paris, les rames de métro sont bondées à certaines heures. La distanciation physique est parfois impossible à respecter. "Sur le métro, je me méfie parce que j'ai peur de la concentration dans une rame", craint une voyageuse. "J'essaie de faire attention de ne pas trop me coller aux gens", relate une autre auprès de France Télévisions.

Les bars sont plus risqués que les transports en commun, car "dans le métro on ne parle pas", a tenté d'expliquer sur franceinfo Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Bichat, et membre du Conseil scientifique. "Je ne dis pas qu'il n'y a pas de transmission dans le métro, mais au niveau des bars et des restaurants, on va boire et manger. Donc, on enlève le masque", fait-il valoir. "En plus de l'absence de masque, on est face à face et on parle, poursuit-il. Donc, le fait est qu'il y a un risque de transmission un peu plus important."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.