Covid-19 : les mesures de couvre-feu coûteront un peu plus de 2 milliards d'euros aux finances publiques, affirme Bruno Le Maire

Ces mesures, en vigueur dans huit métropoles et l'ensemble de l'Île-de-France, ont été étendues jeudi à "38 nouveaux départements et à la Polynésie", a annoncé le Premier ministre, Jean Castex. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, aux côtés du Premier ministre, Jean Castex, lors d'une conférence de presse sur l'épidémie de Covid-19, le 15 octobre 2020, à Paris.  (LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)

Quel sera l'impact économique des mesures de couvre-feu instaurées en France, pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 ? Ces restrictions, qui concernent désormais 54 départements, auront un coût d'un peu plus de 2 milliards d'euros pour les finances publiques, a annoncé le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, vendredi 23 octobre sur Europe 1.

"Nous pouvons tenir jusqu'à la fin de l'année, le début de l'année prochaine avec les sommes que nous avions prévues", a souligné le ministre. Si ces mesures devaient se prolonger au-delà, les moyens financiers seraient "rechargés", a-t-il assuré, ajoutant qu'il y avait un "risque fort" de contraction du produit intérieur brut au quatrième trimestre.

Face à la deuxième vague de l'épidémie en France, les mesures de couvre-feu, en vigueur dans huit métropoles et en Ile-de-France, sont étendues à "38 nouveaux départements et à la Polynésie", a annoncé jeudi le Premier ministre, Jean Castex. Ce dernier a averti que si l'épidémie de Covid-19 n'était pas jugulée, le gouvernement devrait "envisager des mesures beaucoup plus dures". 

Pour la première fois, la France a enregistré jeudi plus de 40 000 contaminations au Covid-19 en 24 heures, se rapprochant ainsi du seuil symbolique du million de cas. Le nombre de patients hospitalisés a bondi à 14 032 (+ 847), dont 2 319 en réanimation (+ 71). Le taux de positivité des tests a également nettement augmenté, passant de 13,7% à 14,3%, selon Santé publique France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.