Covid-19 : l'effondrement du tourisme pourrait coûter plus de 4 000 milliards de dollars à l'économie mondiale

Les pays en développement, qui ont connu des baisses de 60 à 80% du nombre de touristes en 2020, sont les plus touchés par ces pertes économiques.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La plage de Quarteira (Portugal), le 29 juin 2021.  (VASCO CELIO / DPA / AFP)

Une autre conséquence de la pandémie de Covid-19. L'effondrement du tourisme international du fait de la crise sanitaire pourrait entraîner une perte de plus de 4 000 milliards de dollars pour l'économie mondiale sur les années 2020 et 2021, d'après un rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), publié mercredi 30 juin. 

Le milieu du tourisme international et les secteurs dépendants de ces activités ont subi des pertes atteignant 2 400 milliards de dollars en 2020, d'après ce rapport réalisé conjointement avec l'Organisation mondiale du tourisme de l'ONU (OMT). "Une perte similaire pourrait être enregistrée cette année encore", prévient la Cnuced : malgré une reprise attendue des activités touristiques, son rapport "fait toujours état d'une perte comprise entre 1 700 et 2 400 milliards de dollars en 2021, par rapport au niveau de 2019".

Ce recul des activités touristiques conduit à une augmentation moyenne du chômage de 5,5% parmi la main-d'œuvre non qualifiée, "avec une forte variance de 0 à 15%, selon l'importance du tourisme pour l'économie".

Faire un "effort global en faveur de la vaccination"

Les pays en développement, qui ont connu des baisses de 60 à 80% du nombre de touristes en 2020, sont les plus touchés par ces pertes. L'Asie du Nord-Est, l'Asie du Sud-Est, l'Océanie ainsi que l'Afrique du Nord sont particulièrement affectées, prévient la Cnuced. 

Le "déploiement asymétrique des vaccins", poursuit le rapport, "amplifie le choc économique sur le tourisme dans les pays en développement", encore largement défavorisés en matière de couverture vaccinale par rapport aux pays développés. Pour y répondre, Isabelle Durant, secrétaire générale par intérim de la Cnuced, appelle à un "effort global en faveur de la vaccination", "qui permettra de protéger les travailleurs, d'atténuer les dommages sociaux et de prendre des décisions stratégiques concernant le tourisme". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.