Cet article date de plus d'un an.

Covid-19 : "Il y a encore plus de raisons qu'à Noël de prendre des précautions" pendant les vacances d'hiver, prévient un médecin

"Le taux de circulation du virus est plus important qu'à Noël, donc, les risques sont plus importants", affirme sur franceinfo Luc Duquesnel, médecin généraliste en Mayenne, qui rappelle les gestes à respecter contre le virus.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Une famille se promène sur la plage d'Utah beach, en Normandie, le 24 octobre 2020. (LUC NOBOUT / MAXPPP)

"Il y a encore plus de raisons qu'à Noël de prendre des précautions" pendant les vacances d'hiver, en respectant toujours les gestes barrières contre le Covid-19, affirme samedi 6 février sur franceinfo Luc Duquesnel, médecin généraliste en Mayenne, président de la branche "généralistes" de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF).

>> Covid-19 : suivez en direct toutes les infos sur l'épidémie de coronavirus

Il estime "qu’il ne faut pas se réfugier derrière un test qui serait négatif. Très clairement, ces précautions, c'est la distanciation, c'est le lavage de mains (...) C'est nettoyer les portes et aérer les pièces. Et puis, en effet, faire très attention à nos aînés quand ils n'ont pas été vaccinés". "L'idéal, c'est de continuer, tant qu'on a un taux de vaccination aussi faible en France, à prendre les mêmes précautions qu'auparavant", poursuit-il.

franceinfo : Que souhaitez-vous dire aux Français qui partent en vacances ? Pas de relâchement face au virus ?

Luc Duquesnel : C'est essentiel. Ce que tout le monde espère, c'est qu'on puisse, si possible, éviter un nouveau confinement. Or, on a montré lors des vacances de Noël, entre autres, que les gens étaient très sérieux et ont respecté les mesures de distanciation, ont fait attention à leurs aînés. Ces vacances [de février], vu qu'il y aura moins de gens aux sports d'hiver, ce sera souvent l'occasion de se retrouver en famille, donc, finalement, il faut continuer à respecter, strictement, les mêmes mesures qu'à Noël, de façon à éviter de contaminer les autres personnes, parce qu'on peut très bien être porteur sain, mais aussi éviter de se contaminer.

On ne mange pas à la même table que les grands-parents ? On se fait tester avant de rejoindre sa famille ? Ce sont des conseils toujours valables aujourd'hui ?

Ils sont toujours valables, mais d'un autre côté, je trouve qu'on les rappelle beaucoup moins. Tout le monde avait énormément peur de ces retrouvailles familiales au moment des fêtes de fin d'année. Beaucoup de conseils ont été donnés, des conseils que je vois beaucoup moins déployés dans les journaux. D'autant plus que le taux de circulation du virus est plus important qu'à Noël. Donc, les risques sont plus importants. On voit des variants qui arrivent où le pourcentage est de plus en plus important sur le territoire. Donc, je crois qu’il y a encore plus de raisons qu'à Noël de prendre des précautions, cela veut dire que les précautions sont strictement les mêmes.

Recommandez-vous aux Français qui voudraient rejoindre leur famille de se faire tester ?

Je crois qu’il ne faut pas se réfugier derrière un test qui serait négatif. Très clairement, [il faut appliquer] les précautions, c'est la distanciation, c'est le lavage de mains quand on va se retrouver en famille avec des gens avec qui on n'a pas l'habitude de vivre. C'est nettoyer les portes et aérer les pièces. Et puis, en effet, faire très attention à nos aînés quand ils n'ont pas été vaccinés. On sait que la majorité des plus de 75 ans à domicile n'ont pas été vaccinés, contrairement aux Ehpad où 80% des personnes âgées ont été vaccinées, donc il faut protéger nos aînés.

Et que dites-vous à ceux qui ont déjà été vaccinés ? C'est le retour au bon vieux temps ?

Le rappel [pour la vaccination] ne va commencer que la semaine prochaine, mais jusque-là, il y a tellement peu de personnes vaccinées que le conseil qu'on donne, c’est de continuer à prendre des précautions. Le risque est moindre pour vous de faire une forme grave, pour autant, vous allez être en contact avec beaucoup de personnes qui ne sont pas vaccinées, donc vous pouvez être contaminé. Donc l'idéal, c'est de continuer là tant qu'on a un taux de vaccination aussi faible en France, à prendre les mêmes précautions qu'auparavant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.