Déconfinement : "Franchement, on l'attendait beaucoup", savourent les Suisses qui retrouvent le plaisir de déjeuner en terrasse

Les autorités suisses permettent lundi aux bars et restaurants, jusque-là limités au click and collect, de recevoir des clients en terrasse sous réserve d'un protocole sanitaire strict.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Vincent Gloser, le patron de la brasserie de l’Hôtel de ville, à Genève (Suisse), se dit prêt a rouvrir sa terrasse, lundi 19 avril 2021. (ALAIN GASTAL / RADIO FRANCE)

Un expresso et une tartine de confiture pour le voisin et quelques tables, déjà, où l'on discute un peu fort entre amis. Il ne fait pas très chaud à Genève, il y a du bruit, mais rien ne vient gâcher le petit plaisir du premier cappuccino en terrasse. Lundi 19 avril, la Suisse allège les restrictions sanitaires contre le Covid-19.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

Après quatre mois de fermeture, les restaurants du pays alpin vont de nouveau accueillir des clients en terrasse dans un premier temps, avec un protocole strict. Pas plus de quatre personnes à table. Ces dernières sont séparées par des plexiglass et espacées d'une distance de 1,50 mètre. Il y a un QR code à présenter pour laisser ses coordonnées, sinon, il faut les écrire à la main. Mais il n'empêche, le patron Daniel Carugati a la mine ravie de ceux qui affichent complet. "On est déjà bien pleins pour ce lundi, et pour mardi et pour le jour d'après, se réjouit-il. J'ai déjà des appels de gens qui veulent absolument une table dans trois semaines !"

"C'est presque quelque chose de magnifique d'avoir le droit de manger sur une terrasse dehors par 14 degrés !"

Daniel Carugati, responsable du Café Léo

à franceinfo

Les deux premiers clients arrivés tôt ce lundi matin étaient deux Français qui travaillent et vivent en Suisse. "Ça fait du bien de ressortir, prendre le petit-déjeuner dehors, à 7 heures du matin, c'est génial, savoure Nicolas. Début du printemps, petit soleil qui va s'annoncer aujourd'hui. Franchement, on l'attendait beaucoup ! On est arrivé de France et on a bien fait de venir en Suisse." Plaisir partagé pour Eva : "Il ne fait pas trop froid, et puis, c'est marrant, quand il y a le barista qui nous dit que c'est le premier café en un an qu'il prépare... C'est mignon, je trouve. Vive la Suisse !"

Des restaurants qui affichent complet

11h45, c'est l'heure pour le maître d'hôtel Antonio de ressortir le lourd panneau qui annonce le menu et la carte. "Ça faisait bientôt quatre mois d'affilée, plus les deux, trois arrêts de 2020. C'est une bonne nouvelle qui nous est venue de notre conseil fédéral de nous laisser au moins exploiter la terrasse, se réjouit le maître d'hôtel. Au menu : faux filet de bœuf sauce poivre, accompagné de pommes frites et de haricots verts. "Aujourd'hui, c'est déjà complet. Demain, c'est complet aussi", annonce Antonio.

Parmi les premiers clients, ces quatre amis qui avaient réservé dès l'annonce de la réouverture et qui ont décidé de prendre tout leur temps pour déjeuner. "D'abord, c'est le fait de retrouver des amis, puis ensuite on connaît bien le patron, on connaît bien l'établissement, raconte l'un d'eux. Il a fallu faire une sélection très stricte parce qu'on ne pouvait être quatre. Il fallait faire une sélection sévère !"

Pour rentabiliser la terrasse, on pourra y déjeuner jusqu'à 17h30 : c'est la journée continue. Mais le patron Vincent Glauser n'a pu embaucher que la moitié de ses employés. "Le problème, c'est qu'on a ouvert, on a fermé, on a ouvert, on a fermé. On ne savait pas où on allait, on n'avait rien", déplore le directeur de l'établissement pour qui les aides "ne sont pas arrivées en temps et en heure. Et puis la trésorerie, il n'y en a plus."

"Ça donne une petite lueur d'espoir pour rouvrir complètement, en espérant que de nouveau on ne nous referme pas dans les prochaines semaines."

Vincent Glauser, restaurateur à Genève

à franceinfo

Les autorités ont précisé que la réouverture était expérimentale, car si on est loin des chiffres de la deuxième vague et de ceux de la France, le taux d'incidence a tendance à repartir à la hausse ces derniers jours. Certains, comme Stéphanie, bibliothécaire genevoise, préféreront attendre avant de ripailler à nouveau. "Peut-être, un jour, je sortirai en terrasse, mais pas tout de suite, confie-t-elle. Il faut attendre quand même des petits résultats, à voir si ça marche ou pas, parce qu'à chaque fois, ils ouvrent et puis tout à coup il y a un pic, et il faut refermer."

Toutes les terrasses de Genève affichent complet pour ce lundi, mais la pandémie continue et les restaurateurs ont pris leurs précautions : ils n'ont que quelques jours de provisions. Des dizaines d'autres établissements ne rouvriront pas ce lundi à Genève. Certains ont déjà mis la clé sous la porte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.