Covid-19 : Donald Trump, Jair Bolsonaro, Boris Johnson... Avant Emmanuel Macron, ces dirigeants politiques ont aussi été contaminés

Le président français a été diagnostiqué positif au coronavirus jeudi, a annoncé l'Elysée. Depuis mars, plusieurs présidents, princes et Premiers ministres l'ont également été.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le président de la République a été diagnostiqué positif au Covid-19, a annoncé l'Elysée, jeudi 17 décembre 2020. (LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)

Emmanuel Macron est positif au Covid-19"Ce diagnostic a été établi suite à un test RT-PCR réalisé dès l’apparition de premiers symptômes", précise l'Elysée dans un communiqué publié jeudi 17 décembre. Le chef de l'Etat français a été placé en isolement, tout comme ses cas contacts, parmi lesquels figurent le Premier ministre Jean Castex, le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, mais aussi le président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez.

>> DIRECT : Emmanuel Macron positif au Covid-19 : suivez les réactions

Depuis le début de l'épidémie, une dizaine de dirigeants et ex-dirigeants mondiaux ont été diagnostiqués positif au Covid-19, qui a fait à ce jour plus de 1,6 million de morts dans le monde. Franceinfo revient sur la rémission de huit d'entre eux.

Boris Johnson, Premier ministre britannique, en mars

Le Premier ministre britannique Boris Johnson participe aux applaudissements pour encourager les soignants, sur le pallier du 10 Downing street, le 30 avril 2020.  (BEN STANSALL / AFP)

Boris Johnson a été le premier dirigeant d'envergure internationale à être diagnostiqué positif. Agé de 55 ans, l'homme a été testé positif le 26 mars. Il a été hospitalisé dix jours plus tard à l'hôpital St. Thomas de Londres avant d'être transféré en soins intensifs le 6 avril, où il a passé trois nuits. "Cela a été dur, je ne le nie pas", a-t-il confié début mai au Sun. Le Premier ministre britannique présentait des symptômes graves de la maladie et le gouvernement s'était préparé alors à l'éventualité de son décès.

Le prince Albert II de Monaco, en mars

Le Prince Albert II de Monaco avait contracté le Covid-19 mi-mars, mais n'avait souffert que de légers symptômes. (VALERY HACHE / AFP)

Quelques jours avant Boris Johnson, le prince Albert II de Monaco annonçait être positif. Sa contamination était rendue publique jeudi 19 mars. Le prince n'a souffert que de légers symptômes, qui n'ont pas nécessité de prise en charge spécifique. 

Le prince Charles, en mars

Le Prince Charles, en déplacement à Berlin, le 15 novembre 2020. (BERND VON JUTRCZENKA / DPA)

Le prince Charles, héritier de la couronne britannique, a également été testé positif au nouveau coronavirus en mars. Son diagnostic a été annoncé le 25 mars. Agé de 71 ans, le fils d'Elizabeth II n'a souffert que de légers symptômes, a-t-il confié lors d'une interview à Sky News (en anglais), qui n'ont pas nécessité une hospitalisation.

Jair Bolsonaro, président brésilien, en juillet

Le président brésilien Jair Bolsonaro salue des visiteurs, le 20 juillet 2020, depuis le jardin de la résidence présidentielle, où il est isolé. (MATEUS BONOMI / AGIF)

Le président brésilien Jair Bolsonaro a annoncé être positif au Covid-19 le 7 juillet, alors qu'il remettait en cause la sévérité de l'épidémie et se targuait de ne pas respecter les gestes barrières. Isolé dans le palais présidentiel de l'Aurore, à Brasilia, le chef d'Etat de 65 ans a fait tout le long de sa rémission la promotion de son traitement à base d'hydroxychloroquine, à l'efficacité contestée par de nombreuses études. Il présentait de légers symptômes, principalement de la fièvre et une gêne aux poumons, qui n'ont pas nécessité son hospitalisation.

Donald Trump, président des Etats Unis, en octobre

Le président Donald Trump, alors souffrant du Covid-19, se présente à la presse depuis son balcon, le 5 octobre 2020. (NICHOLAS KAMM / AFP)

Cet automne, un autre sceptique partisan de l'hydroxychloroquine a été diagnostiqué positif. En pleine campagne présidentielle, le 2 octobre, Donald Trump a annoncé son diagnostic. Conduit à l'hôpital militaire situé dans la banlieue de Washington par "mesure de précaution" selon ses proches, le président de 74 ans n'a pas suivi le même protocole thérapeutique que son homologue brésilien. Il a reçu un traitement innovant à base d'anticorps monoclonaux. Après trois jours passés à l'hôpital, le candidat à sa réélection a pu retrouver la Maison Blanche. 

Andrzej Duda, président polonais, en octobre

Le président polonais Andrzej Duda s'exprime à un meeting à Prague (République tchèque), le 9 décembre 2020. (ONDREJ DEML / CTK / AFP)

Le président polonais, Andrzej Duda, a été testé positif à la fin octobre, alors que la Pologne fait face à une recrudescence de la pandémie. Le président est depuis revenu à ses fonctions.

Abdelmadjid Tebboune, président algérien, en novembre

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune prête serment le 19 décembre 2019 à Alger.  (RYAD KRAMDI / AFP)

Agé de 75 ans, le président Abdelmadjid Tebboune, a été diagnostiqué positif au Covid-19, a annoncé le 3 novembre 2020 la présidence algérienne. L'homme qui a succédé il y a moins d'un an au président Abdelaziz Bouteflika, contraint par la rue à renoncer au pouvoir, a été soigné dans un hôpital en Allemagne. Il est réapparu à la télévision dimanche 13 décembre : "Je suis en convalescence. Cela va prendre encore deux ou trois semaines pour que je reprenne mes forces physiques", a-t-il expliqué après près de deux mois d'absence. 

Volodymyr Zelensky, président ukrainien, en novembre

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky durant une cérémonie officielle à Kiev, le 21 juillet 2020.  (STR / NURPHOTO / AFP)

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a été testé positif au coronavirus, a annoncé son service de presse lundi 9 novembre, précisant que le chef de l'Etat se sentait bien. Le 12 novembre, des médias locaux ont rapporté que le président avait été hospitalisé. Ce dernier a annoncé dans une vidéo publiée fin novembre avoir guéri du Covid-19. Le chef d'Etat de 42 ans n'a eu que des symptômes légers, s'isolant d'abord à domicile puis dans une clinique gouvernementale, a expliqué sa porte-parole.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.