Cet article date de plus de trois ans.

Covid-19 : Avec l'ambiance de Noël, "les Français se relâchent" et "c'est catastrophique", s'alarme un médecin

Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) rappelle que le virus circule "beaucoup plus facilement" en hiver et que nous risquons "une troisième vague qui va être très dure".

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Dans une rue commerçante de Perpignan, samedi 5 décembre 2020. (ST?PHANE FERRER YULIANTI / HANS LUCAS)

"Il y a un certain relâchement", affirme lundi 7 décembre sur franceinfo Jean Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), après l'intervention du directeur général de la Santé. Jérôme Salomon, qui a fait le point sur l'épidémie de Covid-19, a estimé que "nous sommes toujours face à un risque élevé de rebond épidémique", et que "l'objectif de passer sous la barre des 5 000 cas par jour" est encore loin.

Le risque d'une troisième vague "très dure"

"L'ambiance des fêtes est en train de gagner et c'est vrai que les Français, aujourd'hui, ont besoin de respirer un peu. Ils se relâchent", observe Jean-Paul Ortiz qui juge que "c'est catastrophique". Le médecin veut alerter sur le fait que les Français "n'aurons pas des fêtes de Noël comme les autres années". Il juge que la préconisation de six personnes à table pendant les fêtes est "frappée du bon sens". "Il faut comprendre que le virus continue de circuler. Et si nous ne faisons pas attention, surtout en hiver où il circule beaucoup plus facilement, nous allons avoir une troisième vague qui va être très dure."

>> Suivez les dernières actualités sur l'épidémie de Covid-19.

Le président du CSMF souligne que les médecins sont "inquiets, parce qu'on voit dans les cabinets médicaux qu'il y a encore un nombre relativement important de patients suspects Covid, avec un nombre de tests positifs qui nous reviennent, qui objectivement ne baissent pas". "Ça s'arrangeait bien et depuis quelques jours ça stagne", indique-t-il.

"Nous en avons encore pour des mois et des mois"

Jean-Paul Ortiz veut que chacun comprenne que "les gestes barrières doivent faire partie de façon durable de notre vie quotidienne". Même avec le vaccin, "il faudra continuer à avoir des gestes barrières parce que nous n'aurons pas 100% de la population vaccinée de suite. Donc, il va falloir continuer nos efforts"

Le vaccin, qu'on va commencer à administrer à partir de janvier, ne va pas nous dispenser des gestes barrières.

Jean-Paul Ortiz

à franceinfo

"Même six personnes à table ne doit pas nous dispenser des gestes barrières, surtout s'il y a des personnes à risque et des personnes âgées", insiste le président du CSMF.

Jean-Paul Ortiz défend la mise en place d'"une logique de prévention, d'éducation à la santé". Le médecin appelle à des "efforts nécessaires pour apprendre à vivre avec ce virus". "Malheureusement, nous en avons encore pour des mois et des mois. Parce que ce n'est pas avant au moins six mois qu'un nombre important de Français sera vacciné. Il faut tenir".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.