Coronavirus : "Si nous voulons protéger nos habitants, nous devons le faire nous-mêmes" affirme le maire de Belfort qui va distribuer 60 000 masques

Damien Meslot, le maire Les Républicains de Belfort, va faire fabriquer 60 000 masques en tissu à l'aide d'une entreprise locale et des services de sa ville. Il regrette le manque d'indications de l'État. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Damien Meslot, maire Les Républicains de Belfort, le 18 mai 2018. (LIONEL VADAM  / MAXPPP)

"Il y a 50 000 habitants à Belfort et si nous voulons les protéger, nous devons le faire nous-mêmes", estime ce dimanche 19 avril sur franceinfo le maire Les Républicains Damien Meslot. "Comme le gouvernement ne nous a pas donné d’indications, on a préféré prendre les devants et passer une commande de 60 000 masques en tissu, réutilisables et qui peuvent être lavés à 60 degrés", précise-t-il. Pour le moment, un masque par personne est donc prévu mais "50 000 masques chirurgicaux" vont également être commandés "pour protéger nos salariés, les ripeurs, les employés du CCAS, la police municipale, et ceux qui travaillent dans les écoles et dans les crèches".

>> Coronavirus : retrouvez toutes les informations dans notre direct

Des masques fabriqués "par les Belfortains pour les Belfortains", précise Damien Meslot. "Nous avons décidé de monter à Belfort notre propre atelier de fabrication et tout le week-end, avec une entreprise locale et les services de la ville, nous avons tout mis en place pour que la production puisse commencer à partir de lundi". Cela permet selon lui d’embaucher du monde et d’éviter les incertitudes liées à la livraison. Cette fabrication devrait coûter "150 000 euros" à la ville.

>> INFOGRAPHIES. Coronavirus : ce qu'il faut faire (et ne pas faire) avec votre masque

En revanche, il n’est pas question pour le moment d’obliger les habitants à le porter. "Nous donnons la possibilité d’en porter un mais ce n’est pas dans nos prérogatives de le rendre obligatoire", assure l’élu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.