Coronavirus : quatre questions sur les masques pour enfants

"Il n'y a aucune recommandation scientifique qui dise qu'il faille faire porter des masques à des enfants", a assuré le ministre de la Santé, vendredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Des masques en tissu pour adultes et enfants dans une vitrine d'un magasin de Hambourg (Allemagne), le 21 avril 2020. (BODO MARKS / DPA / AFP)

Avec le plan de déconfinement qui se précise, la question du port du masque se pose pour les adultes, mais également pour les enfants. Surtout avec la rentrée progressive à l'école et sur la base du volontariat des parents qui se dessine pour  le 11 mai, à la fin du confinement pour enrayer la propagation du Covid-19. 

>> Retrouvez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct

Le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé sur France Inter, vendredi 24 avril, que c'était "très compliqué" de faire porter des masques à des enfants et précisé qu'il n'y avait "aucune recommandation scientifique" en ce sens. Franceinfo revient sur les masques destinés aux plus jeunes en quatre questions.

1Les masques pour enfants, ça existe ?

Oui. "Il existe des références de masques chirurgicaux de petite taille, adaptés pour les enfants de 3 ans et plus", expliquait l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) sur son site, en novembre 2013.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a précisé sur France Inter, vendredi, que la France disposait de "dizaines de millions" de masques chirurgicaux pour les enfants malades ou fragiles, "qui sont distribués aux enfants quand cela se justifie".

Habituellement, les masques chirurgicaux pour enfants sont destinés à ceux souffrant de formes sévères d'asthme, d'allergie, d'immunodépression ou d'autres pathologies graves.

2Où en trouver ?

Des particuliers peuvent se procurer des masques grand public (en tissu) auprès de sites commerciaux, comme La Saison des mômes. Ils sont disponibles en quatre tailles (18 mois-3 ans, 3-6 ans, 6-9 ans et 9-12 ans) et coûtent 5 euros pièce. La Voix du Nord note que Lucie Painset, créatrice d'accessoires pour les enfants, s'est aussi lancée dans la création de masques pour les plus petits.

Tout dépend également des autorités locales. La communauté urbaine Angers Loire Métropole, par exemple, a passé commande de 30 000 masques à destination des enfants des écoles primaires publiques et privées de l'agglomération, a rapporté le quotidien régional Ouest-France, jeudi.

De son côté, la communauté de communes Vaison Ventoux a commandé 18 000 masques pour adultes. Elle a aussi prévu 2 000 masques pour enfants qui devraient être livrés avant le 11 mai, selon France Bleu Vaucluse.

A Gennevilliers (Hauts-de-Seine), la mairie s'organise et des masques pour enfants sont confectionnés, rapporte un conseil municipal.

3Comment les fabriquer ?

Comme l'a déjà expliqué franceinfo, l'un des modèles de masque grand public qui fait référence en France est celui de l'Association française de normalisation (Afnor), qui gère les normes et les certifications françaises. Elle a édité un guide pour fabriquer son propre masque, avec des schémas et des patrons, ainsi qu'une liste de matériaux à utiliser et à éviter. Ce guide ne propose pas de patron pour les enfants.

En revanche, le mode d'emploi mis en ligne par le CHU de Grenoble (et destiné à son personnel) pour confectionner des masques en cas de pénurie propose différentes tailles, dont 3-6 ans et 7-12 ans.

4Doivent-ils en porter ?

Le port du masque pour les enfants n'est pas spécialement préconisé, a expliqué le ministre de la Santé, vendredi, sur France Inter.

Il n'y a aucune recommandation scientifique qui dise qu'il faille faire porter des masques à des enfants.

Olivier Véran, ministre de la Santé

sur France Inter

Il a précisé rester "prudent car depuis plusieurs semaines, les scientifiques changent d'avis, du coup nous-mêmes, nous adaptons notre politique".

"Je considère qu'il est très compliqué de demander à un enfant de 10 ou 11 ans qui est en école primaire de porter un masque toute la journée, a également expliqué le ministre de la Santé Olivier Véran. A l'extérieur, à l'intérieur, de jouer avec dans la cour de récré, quand la température va commencer à dépasser les 30 °C." Pour le retour à l'école à partir du 11 mai, Olivier Véran ajoute "qu'il vaut mieux insister sur les gestes barrières que les enfants ont très bien intégrés".

Le professeur Robert Cohen, pédiatre, rappelle auprès du site spécialisé Allodocteurs que l'âge minimum pour le port du masque est de 2 ans, selon la Direction générale de la santé (DGS). "En dessous de cet âge, vous êtes gêné pour respirer, les voies aériennes sont un petit peu petites", avait également expliqué le médecin Damien Mascret sur le plateau du "20 Heures" de France 2. "Quand vous n'êtes pas capable vous-même d'enlever le masque, il vaut mieux se méfier", avait-il estimé.

Les masques peuvent être recommandés pour les enfants à partir de 6 ans, abonde Robert Cohen. Mais il estime que "mettre un masque avant 6 ans n'a pas beaucoup de sens car l'enfant ne va pas comprendre l'intérêt et l'enlèvera sans arrêt".

Des avis qui vont faire débat car dans certains pays asiatiques, les enfants semblent les porter sans trop se plaindre. L'ambassade de Chine en France a partagé sur Twitter cette rentrée dans la province du Sichuan.

Une internaute qui réside en Thaïlande affirme que là-bas, "le masque pour enfant n'est pas inhabituel".

Ces éléments vont, sans doute, continuer à nourrir les discussions sur les différentes cultures quant au port du masque. "Il y a bien une différence importante entre les pays européens (les pays occidentaux) et les pays asiatiques qui, comme vous le savez, portent le masque pour de très nombreuses raisons. Parfois des raisons culturelles, parfois des raisons d'alerte pollution mais aussi pour des épidémies", a remarqué Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, jeudi, lors de son audition à l'Assemblée nationale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.