Coronavirus : poser des congés pendant le confinement, "c'est préférable pour que notre économie redémarre", selon Bruno Le Maire

Ce dépôt de congés "ne peut se faire que par accord" entre le salarié et l'employeur, a précisé le ministre de l'Économie.

Bruno Le Maire, ministre de l\'Économie et des Finances, dans les studios de franceinfo, le 9 avril 2019.
Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances, dans les studios de franceinfo, le 9 avril 2019. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Les employeurs peuvent demander aux salariés, en cas d'accord d'entreprise, de poser des congés, jusqu'à six jours, pendant cette période de confinement liée à l'épidémie de coronavirus Covid-19. "C'est préférable pour que notre économie redémarre au lendemain de la crise", a déclaré mardi 24 mars sur franceinfo Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances.

>> Retrouvez les dernières informations sur le coronavirus dans notre direct

"Cette crise va être violente sur l'économie française et violente sur les économies européennes. Nous aurons besoin de toutes nos forces pour redémarrer. Je parie sur l'esprit de responsabilité, celui des entreprises et celui des salariés", a expliqué Bruno Le Maire.

Il n'y a pas d'obligation, ce n'est pas le moment de contraindre, la discussion et les accords doivent l'emporter sur tout le reste.Bruno Le Maireà franceinfo

Le dépôt de congés "ne peut se faire que par accord. Il faut qu'il y ait un dialogue social plus intense que jamais, a insisté le ministre de l'Économie. Je préférerais que des salariés, qui ont jusqu'au 31 mai pour poser leurs congés, trouvent un accord avec leur chef d'entreprise pour les poser et qu'on puisse redémarrer le travail ensuite et que l'emploi soit protégé. J'en appelle aux sens des responsabilités de chacun. On aura besoin de patriotisme économique."

Des primes vont être versées aux salariés qui sont présents sur leur lieu de travail, notamment dans la grande distribution. C'est le dispositif de la prime Macron qui va être relancé et modifié : "Nous allons simplifier le dispositif. Nous suspendrons l'obligation d'avoir un accord d'intéressement pour bénéficier de cette prime défiscalisée et désocialisée jusqu'à 1 000 euros." Une prime sera également versée aux personnels hospitaliers : "deux milliards d'euros sont spécifiquement prévus", a précisé Bruno Le Maire.