Coronavirus : non, l'application de traçage StopCovid n'a pas déjà été mise en ligne

Une application ayant le même nom que celle imaginée par le gouvernement français a été abondamment téléchargée par les possesseurs de smartphones. En réalité, il ne s'agit pas du système de traçage promis par Edouard Philippe, mais d'un programme autrichien développé pour les autorités géorgiennes.

Article rédigé par
Julien Nguyen Dang - Benoît Zagdoun
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
L'application StopCovid développée pour le ministère géorgien de la Santé, le 30 avril 2020. (FRANCEINFO)

L'application StopCovid serait-elle déjà disponible, à quelques jours du 11 mai, date annoncée pour le début du déconfinement ? Le Premier ministre, Edouard Philippe, a pourtant glissé, mardi 28 avril devant l'Assemblée nationale, que des "incertitudes" entouraient encore l'outil de traçage numérique controversé envisagé par le gouvernement afin de lutter contre la propagation du coronavirus en France.

Les possesseurs de smartphones ont découvert avec surprise l'existence d'une application Stop Covid dans les magasins d'applications de Google et d'Apple. Celle-ci rencontre d'ailleurs un énorme succès. Le programme se place en quatrième position des "tendances" dans la catégorie "santé et remise en forme" du Google Play Store. Sur l'AppleStore, le logiciel grimpe même à la troisième place du classement de la catégorie "médecine".

L'application Stop Covid se trouve en 4e position des tendances "Santé et remise en forme" pour Android. (CAPTURE D'ÉCRAN / GOOGLE PLAY STORE)

Une application homonyme créée pour la Géorgie

Cette application Stop Covid n'est en réalité qu'un homonyme du futur programme français. Le logiciel a été lancé mi-avril par le ministère géorgien de la Santé, comme l'indique sa fiche dans l'AppStore d'Apple. Stop Covid n'est d'ailleurs disponible qu'en géorgien et en anglais, et non en français.

La fiche de l'application Stop Covid du ministère géorgien de la Santé dans l'AppStore d'Apple, le 30 avril 2020. (FRANCEINFO)

Cette homonymie a induit de nombreux utilisateurs en erreur. Certains ont même laissé des avis négatifs. "Merci Edouard Philippe pour l'appli, écrit ainsi une utilisatrice. Vous pouvez mettre une langue qu'on peut comprendre. Merci." Le ministère géorgien de la Santé s'en est ému. "L'application est destinée à la république de Géorgie (…) Notre équipe vous serait reconnaissante de modifier votre note", réplique-t-il.

Des commentaires d'utilisateurs français de l'application géorgienne Stop Covid laissés sur le Google Play Store. (CAPTURE D'ÉCRAN / GOOGLE PLAY STORE)

Ce pays du Caucase de moins de 4 millions d'habitants n'est en effet pas épargné par la pandémie : au 29 avril, 517 cas auraient été recensés, dont six décès, selon l'université américaine Johns Hopkins. Désireuses de juguler l'épidémie, les autorités locales ont donc contacté l'association autrichienne NOVID20 (lien en anglais) qui, avec la société viennoise Dolphin Technologies, a développé une application libre de droits (lien en anglais)

Une application pas fonctionnelle en France

"Le ministère géorgien de la Santé nous a contactés fin-mars. Il voulait lancer une application rapidement", raconte à franceinfo Lothar Stadler, responsable des partenariats de NOVID20. Le fonctionnement du Stop Covid géorgien est simple. "Pour signaler leur contamination, les personnes doivent s'identifier." Seul le numéro de téléphone est demandé. "Les données sont ensuite transférées au ministère géorgien de la Santé, qui vérifie que les déclarations ont été effectuées via un numéro de téléphone géorgien, et les supprime si ce n'est pas le cas." Pour savoir si vous êtes entré en contact avec une personne s'étant déclarée infectée, l'application utilise le Bluetooth, le GPS et les données de vos applications sportives ou de santé. Chaque utilisateur a un identifiant unique.

Après "un test débuté le 6 avril", le programme a été mis en ligne dix jours plus tard, après une conférence de presse (lien en anglais). Harald Trautsch, fondateur de Dolphin Technologies, ne cache pas sa surprise : "En l'espace d'une seule journée, il y a eu 150 000 téléchargements, soit 5% des utilisateurs de smartphones du pays. Nous avons été très étonnés, la Géorgie étant un petit pays." Ce chiffre a désormais atteint 200 000, selon l'entrepreneur. 

Parce qu'il n'existe pas de déclinaison géorgienne du Google Play Store ou de l'AppStore, contrairement à la France, "il a fallu rendre Stop Covid disponible mondialement", les utilisateurs de smartphones géorgiens se connectant sur les magasins d'applications étrangers, explique Harald Trautsch à franceinfo. L'entrepreneur avoue avoir été surpris de compter la France parmi les plus importants lieux de diffusion de l'application. D'où sa place dans les tendances de l'AppStore. Selon nos informations, ce classement est établi à partir du seul nombre de téléchargements de l'application.

Le StopCovid français encore en test le 11 mai

La déception des Français qui ont téléchargé le Stop Covid géorgien s'explique très simplement. "Un utilisateur français peut l'installer sur son smartphone, mais elle ne fonctionne qu'en Géorgie", souligne Lothar Stadler. Aujourd'hui, NOVID20 et Dolphin Technologies continuent de développer l'application pour l'Etat géorgien et sont en discussion avec douze pays pour y introduire des déclinaisons locales. Des pays du Proche-Orient, d'Afrique et d'Europe, "mais pas la France", précise Lothar Stadler, admettant avoir "passé la date butoir" de l'appel à projets gouvernemental.

Contacté par franceinfo, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique, Cédric O, confirme que ce Stop Covid n'est pas l'application française. StopCovid (sans espace) entrera "en test à partir de la semaine du 11 mai", indique-t-il. "On a effectivement un planning qui permet l'obtention d'une application dans la deuxième partie du mois de mai", a confirmé jeudi Mari-Noëlle Jégo-Laveissière, la directrice de l'innovation chez Orange, lors d'une conférence de presse. Le secrétaire d'Etat précise que l'application ne sera pas téléchargeable par le grand public à ce stade. Comment le gouvernement fera-t-il pour que les futurs utilisateurs différencient l'application française de la version géorgienne, dont les noms ne se distinguent qu'à l'espace entre Stop et Covid ? "A ce stade, on n'en est pas là", balaie Cédric O.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.