Coronavirus : les boîtes de nuit au bord du gouffre

Fermées au mois jusqu’au 22 juin, les boîtes de nuit tentent de survivre comme elles peuvent, même si l’inactivité pourrait forcer certaines d’entre elles à mettre la clé sous la porte.

FRANCEINFO

Ils vont devoir prendre leur mal en patience au moins jusqu’au 22 juin. Ces propriétaires de la boîte de nuit  le Owl Club, à Aix-les-Bains, en Savoie, ne peuvent toujours pas rouvrir leur établissement à cause de l’épidémie de coronavirus. Une situation qu’ils ne comprennent pas. "On est complètement oubliés au final vu que tout le monde rouvre, notamment les salles de concert. Nous, on est comme une salle de concert et nous, on a pas le droit de rouvrir", se plaint Erick Exertier, l’un des gérants.

Transformer sa boîte de nuit en bar

Une aussi longue période d’inactivité pousse certains lieux à se réorganiser. Pour éviter de perdre jusqu’à 250 000 euros, le 24 du Faubourg à Annecy (Haute-Savoie) se transforme en bar pour pouvoir de nouveau accueillir des clients : installation de tables, fermeture à 2h du matin au lieu de 7h. "On va faire un tiers du chiffre d’affaires. Je vais reprendre à peu près un tiers de mon personnel aujourd’hui. On ne sait pas où on va mais il faut absolument qu’on ouvre là, ça devient vital", témoigne Hugo Terré, gérant du lieu.

Le JT
Les autres sujets du JT
Boite de nuit
Boite de nuit (FRANCEINFO)