Coronavirus : la Chine se dit "au bord d'une nouvelle guerre froide" avec les Etats-Unis

"Outre la dévastation causée par le nouveau coronavirus, un virus politique se propage aux États-Unis", a regretté devant la presse le chef de la diplomatie chinoise.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre chinois des Affaires étangères, Wang Yi, dimanche 24 mai 2020 à Pékin. (LI HE / XINHUA / AFP)

L'escalade verbale se poursuit entre Pékin et Washington. Par la voix de son ministre des Affaires étrangères, la Chine s'est déclarée, dimanche 24 mai, "au bord d'une nouvelle guerre froide" avec les Etats-Unis, sur fond de conflit autour du Covid-19.

>> Suivez notre direct sur la pandémie de Covid-19 et le déconfinement

"Outre la dévastation causée par le nouveau coronavirus, un virus politique se propage aux États-Unis" a regretté devant la presse le chef de la diplomatie chinoise, sans nommer le président américain. "Ce virus politique saisit toutes les occasions pour attaquer et diffamer la Chine", a fustigé Wang Yi, en référence aux propos de Donald Trump, qui a accusé régulièrement ces dernières semaines les autorités chinoises d'avoir tardé à communiquer des données cruciales sur la gravité du virus.

Pékin prêt à une enquête internationale sur le Sars-CoV-2

"Certaines forces politiques américaines prennent en otage les relations entre la Chine et les Etats-Unis et poussent nos deux pays au bord d'une nouvelle guerre froide" avec la crise du coronavirus, a déploré le ministre chinois des Affaires étrangères.

Donald Trump a également évoqué la possibilité de demander à Pékin de payer des milliards de dollars de réparations pour les dommages causés par l'épidémie. Et les Etats-Unis ont appelé à une enquête internationale sur l'origine du virus.

La Chine est "prête" à une coopération internationale pour identifier la source du nouveau coronavirus, a affirmé Wang Yi. Mais une telle coopération devra s'abstenir de toute "ingérence politique", a-t-il averti.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.