Coronavirus : Donald Trump affirme disposer de preuves que le Covid-19 provient d'un laboratoire chinois à Wuhan

Le président américain pourrait, dit-il, imposer à la Chine de nouvelles taxes douanières punitives.

Le président américain Donald Trump, le 30 avril 2020, à la Maison Blanche.
Le président américain Donald Trump, le 30 avril 2020, à la Maison Blanche. (WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

La scène a eu lieu à la Maison Blanche, jeudi 30 avril. Un journaliste s'est adressé à Donald Trump et lui a posé cette question : "Avez-vous vu jusqu'ici des choses qui vous permettent de croire sérieusement que l'Institut de virologie de Wuhan est à l'origine" de l'épidémie de coronavirus ? Du tac au tac, le président américain a répondu "oui". "Oui, c'est le cas", a-t-il assuré. 

>> Suivez l'évolution de l'épidémie de coronavirus dans notre direct

Sommé d’en dire davantage, le chef d'Etat a répondu qu’il n'était "pas autorisé à en parler" à ce stade. Il a en revanche ajouté qu'il pourrait en conséquence imposer à la Chine "des taxes douanières" punitives.

Quelques heures plus tôt, les services de renseignement américains, en général très discrets, avaient pourtant douché quelques esprits complotistes en clamant que le nouveau coronavirus n'avait ni été créé par l'homme ni modifié génétiquement. 

"Nous n'avons pas ces réponses"

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a de son côté affirmé jeudi ne pas savoir "précisément" où avait démarré la pandémie. "Nous ne savons pas si cela vient de l'Institut de virologie de Wuhan. Nous ne savons pas si cela vient du marché ou même d'un autre endroit, a-t-il dit dans un entretien à une radio locale. Nous n'avons pas ces réponses. C'est la raison pour laquelle le président Trump a clairement fait savoir que nous avions besoin de les avoir."

Donald Trump s'en est souvent pris à la Chine depuis le début de l'épidémie, qui a considérablement affaibli l'économie américaine. Or la vigueur de la croissance et de l'emploi était l'un des principaux arguments de campagne du milliardaire républicain, candidat à sa réélection en novembre. Il accuse ainsi régulièrement Pékin de mentir sur le bilan humain de l'épidémie, alors que les Etats-Unis comptent plus de 63 000 morts officiellement liées au Covid-19.