Coronavirus : "Il y a une infantilisation, une culpabilisation des Français qui génère une colère extraordinaire", selon Yannick Jadot

"Les Françaises et les Français ont subi des messages contradictoires, des messages changeants, de la part du gouvernement", a affirmé sur franceinfo l'eurodéputé EELV.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Yannick Jadot sur franceinfo lundi 16 mars.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Il y a une infantilisation, une culpabilisation des Français qui génère une colère extraordinaire", a estimé jeudi 14 mai sur franceinfo l'eurodéputé Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Yannick Jadot, à propos de la gestion de l'épidémie de coronavirus.

>> Coronavirus : déconfinement, masques, tests... Suivez l'évolution de l'épidémie dans notre direct

Cette "colère profonde", "n'est pas née dans cette crise, mais elle s'est sacrément renforcée", a expliqué Yannick Jadot. "Les Françaises et les Français ont subi des messages contradictoires, des messages changeants, de la part du gouvernement, sur les masques, sur les tests, il y a de quoi être en colère", a poursuivi l'eurodéputé, qui a évoqué les stocks de masques détruits pendant l'épidémie.

Selon Yannick Jadot, la colère porte, sur la façon dont "l'hôpital public a été malmené", "les services publics ont disparu, l'activité économique a disparu une partie de nos territoires, la colère sociale, la précarité, l'émergence de ce qu'un préfet a appelé 'les émeutes de la faim' dans certains quartiers". Pour le député européen, cette colère "devra trouver un débouché", mais "il n'est pas question de l'instrumentaliser".

L'Etat a voulu ignorer cette colère. Certains, à l'extrême droite notamment, veulent l'instrumentaliser. Nous, cette colère, on la fait nôtre, mais pour apporter des réponses.

Yannick Jadot

à franceinfo

Pour lui, les plaintes déposées, notamment contre les ministres "sont légitimes au regard d'un certain nombre de professions qui sont trouvées totalement dépourvues de matériel de soutien, alors que ces professions faisaient face à plus grandes pandémies qu'on ait eu depuis un siècle."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.