Coronavirus Covid-19 : "C'est notre propre système immunitaire qui fait partir le virus", explique un chercheur de l'institut Pasteur

Frédéric Tangy, professeur à l'Institut Pasteur, dirige l'équipe qui est en train de mettre en place un vaccin contre le coronavirus Covid-19.

L\'institut Pasteur à Paris, le 21 juillet 2017 (photo d\'illustration).
L'institut Pasteur à Paris, le 21 juillet 2017 (photo d'illustration). (BERTRAND GUAY / AFP)

Ce sont les premiers cas de guérison de coronavirus Covid-19, anciennement appelé 2019-nCoV, en France : deux patients sont sortis de l'hôpital Bichat dans l'après-midi du mercredi 12 février. Frédéric Tangy, professeur et directeur du laboratoire d'innovation vaccinale à l'Institut Pasteur explique mercredi sur francinfo que "c'est notre propre système immunitaire qui fait partir le virus". Frédéric Tangy, qui dirige l'équipe qui est en train de mettre en place un vaccin contre le coronavirus, ajoute toutefois qu'un vaccin est utile "si jamais cette épidémie n'arrive pas à rentrer toute seule dans l'ordre".

>> Suivez notre direct sur l'épidémie de coronavirus Covid-19

Franceinfo : Comment ces deux patients français sortis de l'hôpital Bichat ont-ils été soignés de ce nouveau coronavirus ?

Frédéric Tangy : Je n'ai pas beaucoup d'information mais a priori, ils ont été soignés par des soins palliatifs. C'est-à-dire que l'on a juste traité la pathologie, la fièvre, et qu'ils ont été contrôlés par un test diagnostique qui détecte la présence du virus dans les sécrétions. Ils ont été contrôlés probablement deux jours de suite négatifs. Ils n'ont plus de symptômes, donc ils ne sont plus infectieux et peuvent quitter l'hôpital.

Donc ça veut dire qu'il existe un traitement ?

Ce n'est pas un traitement spécifique, c’est-à-dire que si vous avez de la fièvre on vous donne du paracétamol. Si vous avez des difficultés à respirer, on vous aide à respirer en intubant de l'oxygène, etc… C'est notre propre système immunitaire qui fait partir le virus. On appelle ça la clairance virale : le virus est éliminé petit à petit par la réponse immunitaire. Ces infections-là sont des infections qui sont aiguës, non chroniques, donc en général très courtes. La question que l'on peut se poser, effectivement avec cette infection au coronavirus actuelle, c'est qu'elle semble un peu plus longue que d'habitude. Généralement, ces infections ont une durée d'incubation d'une semaine à dix jours. Là, il se pourrait que chez certaines personnes ce soit plus long. On a vu aussi des personnes en Chine décéder un mois après avoir contracté le virus.

Quel est donc l'intérêt d'avoir un vaccin si finalement on peut guérir de l'infection tout seul ?

L'intérêt, c'est d'abord de pouvoir contenir l'épidémie si jamais elle venait à durer. Le vaccin, c'est l'équivalent de la mise en quarantaine. C'est-à-dire que si on vaccine toutes les personnes qui sont en contact avec une personne infectée, le virus ne va pas se transmettre, et ne va pas sortir de cette personne. Donc, c'est en quelque sorte un moyen de confinement. Si cette épidémie dure longtemps, et que l'on n'arrive pas à la contrôler par les moyens traditionnels actuellement mis en route en Chine, on pourrait avoir d'ici trois mois besoin d'un vaccin. Ensuite, c'est pour le futur. Si jamais une infection future ressort, on peut espérer qu'avec un vaccin équivalent, on va pouvoir la contenir beaucoup plus rapidement. C'est toujours très difficile de dire [quand un vaccin sera prêt]. Les méthodes les plus rapides peuvent, peut-être, proposer des produits à tester d'ici cinq  à six mois mais la durée plus normale serait de huit à douze mois.