Vidéo Gestion du Covid-19 : "On a le sentiment d'être gouverné par Kafka, par l'obscurantisme bureaucratique", fustige Arnaud Montebourg

Publié
Article rédigé par
Radio France

La suite s'annonce "très cruelle" pour l'économie de la France, selon l'ancien ministre socialiste. Il aurait "préféré fermer les supermarchés et laisser ouverts les commerçants".

Invité jeudi 5 novembre de France Inter, l'ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg a dénoncé une "incohérence" dans les décisions gouvernementales pendant la crise sanitaire du Covid-19 : "On a le sentiment d'être gouverné par Kafka, par l'obscurantisme bureaucratique", estime Arnaud Montebourg.

>> Suivez en direct les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19.

"J'aurais préféré fermer les supermarchés parce qu'ils ont de l'argent pour indemniser leurs salariés et laisser ouverts les commerçants, parce qu'au moins, ils sont un peu plus éparpillés et ça permet de répartir le risque alors que les supermarchés sont bondés, tout comme d'ailleurs les transports en commun dans les villes", a déclaré Arnaud Montebourg, qui sort chez Grasset un livre intitulé L'Engagement. L'ancien ministre de l'Économie, du Redressement productif et du Numérique a critiqué aussi "la fermeture des librairies" et "le maintien des plateformes" comme Amazon"il y a autant de problèmes de promiscuité".

Des dégâts économiques "irrémédiables"

Arnaud Montebourg prévoit un avenir économique désastreux pour la France : "Vous avez des dégâts économiques qui, cette fois-ci, sont irrémédiables. La gestion du Covid-19 induit des destructions économiques et des dégâts sociaux et humains. Vous avez quand même les associations qui disent qu'il va y avoir un million de personnes en dessous du seuil de la pauvreté. Je ne vous parle pas des entreprises zombies surendettées, des déficits abyssaux. La gestion de tout ça va être très, très cruelle pour notre pays".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.