Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Covid-19 : "Un peu d'ordre dans la communication gouvernementale ne serait pas de trop", selon Philippe Juvin

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Philippe Juvin, chef des urgences de l'hôpital européen Georges Pompidou à Paris et maire Les Républicains de la Garenne-Colombes, fustige les prises de parole de différents ministres notamment sur les vaccins.

"Un peu d'ordre dans la communication gouvernementale ne serait pas de trop", a affirmé dimanche 31 janvier sur franceinfo Philippe Juvin, chef des urgences de l'hôpital européen Georges Pompidou à Paris et maire Les Républicains de la Garenne-Colombes. Les prises de position de Jean-François Delfraissy, le patron du Conseil scientifique ont parfois semblé agacer le gouvernement.

En début de semaine, Christophe Castaner, le patron du groupe La République en marche à l'Assemblée a indiqué que les médecins et les épidémiologistes devraient se faire un peu plus discrets. "Je pense que la place de certains médecins n'est pas forcément de faire la tournée de tous les plateaux télé", avait-il déclaré sur France Inter.

"S'il y avait des gens qui doivent peut-être faire attention à leur présence sur les plateaux, c'est probablement plusieurs ministres. Quand j'entends M. Blanquer qui m'annonce qu'il y aura 15 millions de vaccinés à l'été, M. Dussopt grand spécialiste sanitaire qu'il y en aura 25, M. Djebbari qu'il y en aura 26 millions de vaccinés et monsieur Véran, il y en aura 70, j'aimerais d'abord que les ministres mettent un peu d'ordre dans leur communication", a-t-il répondu.

Il appelle le gouvernement à ne pas craindre les oppositions : "Il faut arrêter avec cette tendance à vouloir disqualifier toute opposition qu'elle soit scientifique et politique. Écoutez, ce n'est pas une faiblesse en démocratie", a-t-il affirmé. Selon lui, un reconfinement reposera "sur la confiance" des Français. "Donc oui, un peu un peu d'ordre dans la communication gouvernementale ne serait pas de trop", a-t-il dit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.