Suspension des vols en provenance du Brésil : une décision "trop brutale sur le fond et sur la forme", pour une députée des Français de l’étranger

La suspension des vols entre le Brésil et la France en raison du variant du coronavirus "est une décision trop brutale, on ne peut pas interdire à des Français de l'étranger de venir sur le sol français", estime Paula Forteza, députée des Français de l'étranger en Amérique latine.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un avion Air France à l'aéroport Roissy-Charles-De-Gaulle (BENJAMIN FONTAINE / FRANCE-BLEU ARMORIQUE)

Les vols en provenance du Brésil sont suspendus au moins jusqu'au 19 avril en France selon le décret paru ce mercredi 14 avril, en raisons des inquiétudes liées au variant brésilien du coronavirus. Paula Forteza, députée non-inscrite des Français de l’étranger d’Amérique latine et des Caraïbes, dénonce une décision du gouvernement "trop brutale sur le fond et sur la forme".

franceinfo : Que pensez-vous de cette décision de suspendre les vols ?

Paula Forteza : C'est une décision trop brutale sur le fond et la forme. On ne peut pas interdire à des Français de l'étranger de venir sur le sol français. Le Conseil d'État l'a rappelé dans une décision récente. Il s'agit d'un droit constitutionnel. On devrait pouvoir surveiller, contrôler, rendre obligatoire ces mesures d'isolement. Il faudrait mettre à disposition des hôtels aux abords des aéroports, comme c'est fait au Canada, pour que les personnes puissent rester isolées le temps de faire un deuxième test PCR. Dans les 72 heures avant de prendre l'avion, on peut avoir contracté encore une fois le Covid.

Il est toujours possible de se rendre en France depuis le Brésil, en partant d'un autre pays d'Amérique latine par exemple. Que conseillez-vous aux Français qui vous appellent et qui vivent au Brésil ?

On conseille d'attendre d'avoir plus d'informations, qui arrivent au compte-goutte. C'est le problème de la méthode adoptée par le gouvernement, sans consultation. Cela montre l'inefficacité de la mesure, on peut rejoindre le territoire via un transit par d'autres villes européennes. Du coup, on aura du mal à tracer ces personnes arrivant en France.

Les vols sont suspendus jusqu'au 19 avril pour le moment. Vous craignez que cela soit renouvelé ?

J'espère que cela permettra de mettre en place la logistique nécessaire pour créer ce contrôle sanitaire sur place, sans que nous ayons à prendre ce genre de décisions drastiques du jour au lendemain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.