Reconfinement : la France est-elle réellement à l'arrêt ?

Plus flexible que le premier confinement, celui qui a débuté vendredi 30 octobre suscite l'interrogation de certains Français. Les équipes de France Télévisions sont allées à leur rencontre, à Rennes (Ille-et-Vilaine) et Strasbourg (Bas-Rhin).

France 2

Il y a sept mois, en avril dernier, lorsque la France était confinée, les rues de Rennes (Ille-et-Vilaine) étaient quasiment désertes. Vendredi 30 octobre, elles sont moins clairsemées et les passants sont plus nombreux ; des petites différences qu'ont bien remarquées les habitants durant le premier jour de reconfinement. "C'est un peu surprenant, parce que je n'ai pas l'impression qu'on soit tous vraiment confiné ; on est plutôt comme un dimanche ", estime une piétonne.

L'ouverture de certains commerces interroge

À Strasbourg (Bas-Rhin), on trouve peu de monde dans les rues, comme en mars dernier. Pour les habitants, c'est surtout l'ouverture de certains commerces qui fait débat. "Ça interpelle. On a l'impression qu'il y a une espèce d'autorisation à sortir pour aller fréquenter ces magasins", avance un passant. Chez un chocolatier du centre-ville, ouvrir en temps de confinement est une nouveauté à laquelle il va falloir s'adapter. "Il faut être présent, il faut être flexible ; il faut se réinventer, en fait", constate Michel Pirot.



Le JT
Les autres sujets du JT
Une photographie prise le 24 octobre 2020 montre les rues vides du sud-ouest de la France à Toulouse, à l\'heure du couvre-feu mis en place pour lutter contre la propagation du Covid-19.
Une photographie prise le 24 octobre 2020 montre les rues vides du sud-ouest de la France à Toulouse, à l'heure du couvre-feu mis en place pour lutter contre la propagation du Covid-19. (FRED SCHEIBER / AFP)