Covid-19 : voici ce que vous avez le droit de faire (ou non) pendant le week-end de Pâques

Le gouvernement a promis une certaine tolérance concernant les déplacements jusqu'à lundi soir. Mais les rassemblements restent, eux, soumis aux mêmes restrictions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des œufs de Pâques cachés dans un jardin de Grenoble (Isère), le 1 avril 2021. (MAXIME GRUSS / HANS LUCAS / AFP)

Une tolérance limitée. Alors que de nouvelles restrictions contre l'épidémie de Covid-19 ont été annoncées pour l'ensemble de l'Hexagone mercredi, le gouvernement a promis une certaine souplesse durant le week-end prolongé de Pâques, samedi 3, dimanche 4 et lundi 5 avril. Néanmoins, une grande partie des règles restent inchangées. Franceinfo vous aide à y voir plus clair.

Ce qui est autorisé

Se déplacer entre régions sans "motif impérieux". Les déplacements sont tolérés au-delà de 10 kilomètres à partir de samedi, sans attestation, afin de permettre à ceux qui souhaiteraient se confiner ailleurs que dans leur résidence principale de le faire. Cette tolérance, qui ne s'applique que lors des horaires hors couvre-feu (entre 6 heures et 19 heures), "s'arrêtera lundi soir", a précisé le ministère de l'Intérieur.

Assister à une célébration religieuse. Les lieux de culte restent ouverts et les offices religieux sont maintenus selon les conditions actuelles : une rangée sur deux occupée, deux sièges libres entre chaque personne ou groupe familial, et dans la limite des horaires autorisés par le couvre-feu.

Chasser les œufs en petit comité. Les promenades, dans la limite d'un rayon de 10 km autour de son domicile et à six personnes maximum, sont autorisées sans limite de temps et sans besoin d'attestation. Par ailleurs, les chocolatiers font partie des commerces autorisés à rester ouverts pour la durée de ce nouveau confinement. La chasse aux œufs est donc possible !

Ce qui reste interdit

Le reste des déplacements lointains. La tolérance sur les déplacements "ne concerne que les déplacements en journée, pour aller passer les prochaines semaines dans un lieu de son choix", a précisé le ministère de l'Intérieur. Le reste des déplacements est donc toujours soumis à la même règle : ils sont autorisés à 10 km autour de chez soi sans attestation, et interdits au-delà sauf avec une attestation et un "motif impérieux" (comme accompagner ou aller chercher un enfant chez un proche).

Les rassemblements à plus de six à l'extérieur. "Les rassemblements de plus de six personnes sur la voie publique" restent interdits et passibles d'une amende de 135 euros, a rappelé la place Beauvau. Par ailleurs, la consommation d'alcool sera prohibée sur la voie publique pour les prochaines semaines, a indiqué jeudi Jean Castex.

Les fêtes familiales déconseillées. Il n'existe pas de base légale pour sanctionner les rassemblements à domicile, sauf s'ils se font pendant les horaires du couvre-feu, produisent du tapage nocturne ou constituent une "mise en danger de la vie d'autrui", par exemple lors de fêtes clandestines rassemblant un grand nombre de participants. Néanmoins, Emmanuel Macron a appelé à la responsabilité lors du week-end pascal, propice aux déjeuners familiaux. "Je sais aussi pouvoir compter sur vous afin d'éviter, comme vous avez su le faire à Noël, les rassemblements privés, les fêtes avec les amis, la famille, les proches", a glissé le chef de l'Etat mercredi, soulignant que "c'est lors de ces occasions que nous nous contaminons le plus". Il est donc demandé de ne pas se réunir en intérieur avec des personnes qui ne sont pas du foyer.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.