Covid-19 : "seulement 40 à 50%" des entreprises de services "sont télétravaillables" en Île-de-France, d'après la CPME

Le président de la CPME Paris Île-de-France considère que ces entreprises ont "fait des efforts" pour passer au télétravail.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Bernard Cohen-Hadad, le président de la Confédération des petites et moyennes entreprises en Ile-de-France, le 25 octobre 2019 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"En Île-de-France, on a 80% d'entreprises de services sur 1,2 million d'entreprises. Et parmi elles, seulement 40 à 50% sont télétravaillables", assure ce samedi 3 avril sur franceinfo, Bernard Cohen-Hadad, président de la CPME Paris Île-de-France. Il considère que ces entreprises ont "fait des efforts" : "au début de la pandémie en mars 2020, il n'y avait que 8% de services en télétravail."

Les métiers "qui demandent de la gestuelle" concernés

Alors que le président de la République a dit que le télétravail devait être systématique, le réprésentant des petites et moyennes entreprises d'Île-de-France déclare que le télétravail est un problème pour les activités déjà non télétravaillables. Bernard Cohen-Hadad prend l'exemple des coiffeurs, garagistes, cordonniers, et de "certains métiers de service auprès de quelqu'un qui ne comprend pas et qui a besoin de la gestuelle."

Pour faire face au mal-être des télétravailleurs et afin de rendre le travail à la maison plus confortable, notamment en améliorant "la qualité du flux de réception du web dans les entreprises et les habitations" pour éviter les zones blanches, le président de la CPME Paris Île-de-France demande des moyens financiers. "Aujourd'hui, on a un chèque numérique de 500 euros pour le télétravail, ce n'est pas possible, et 1 500 pour la région, c'est déjà beaucoup mieux. Passer au numérique c'est une façon d'avoir un effet de levier pour promouvoir le télétravail."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.