Covid-19 : les deux tiers des Français favorables aux confinements locaux le week-end, mais doutent de leur efficacité, selon notre sondage

Face à la perspective de ces nouvelles restrictions par département, 36% des sondés envisagent de ne pas les respecter scrupuleusement, selon l'enquête Odoxa-Backbone consulting pour franceinfo et Le Figaro publiée mercredi.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des policiers limitent l'accès à la promenade des Anglais, à Nice, le samedi 27 février 2021. (VALERY HACHE / AFP)

Les deux tiers des Français (65%) se disent favorables à la mise en place de confinements locaux le week-end dans les départements en surveillance renforcée pour l'épidémie de Covid-19, mais ils sont nombreux à douter de leur efficacité, selon un sondage* Odoxa-Backbone consulting pour franceinfo et Le Figaro publié mercredi 3 mars.

Une mesure trop tardive pour 66% des sondés

La mesure suscite un accueil nettement plus mitigé dans les départements sous surveillance renforcée, pour certains déjà concernés par des mesures de confinement : les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, la Drôme, l’Essonne, l’Eure-et-Loir, les Hauts-de-Seine, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, le Nord, l’Oise, Paris, le Pas-de-Calais, le Rhône, la Seine-et-Marne, la Seine-Saint-Denis, la Somme, le Val-de-Marne, le Val-d’Oise, le Var et les Yvelines. Seulement 53% des habitants de ces départements se disent favorables à un confinement local le week-end. 

>>> Pas-de-Calais : le préfet propose un confinement dans le département pour les trois prochains week-ends.

Globalement, les Français ne rejettent pas cette mesure, mais restent sceptiques sur son efficacité. 63 % pensent qu’elle est "largement insuffisante" au regard de la situation sanitaire actuelle et surtout, ils sont 66% à penser qu’elle aurait dû être décidée plus tôt. Près d’un Français sur deux (45%) estime que cette mesure ne sera pas efficace et qu’elle serait trop contraignante (49%). Les habitants des départements concernés sont encore plus sévères : 51% la jugent "inefficace" et 53% "trop contraignante".

Lors de la mise en place du deuxième confinement national à l’automne dernier, 68% des Français estimaient que c’était "une bonne mesure" et 70% pensaient qu’un confinement serait "efficace".

Désir de transgression massif chez les jeunes

Face à la perspective de confinements locaux, 36% des Français envisagent de ne pas les respecter scrupuleusement. On retrouve les mêmes proportions chez les habitants des départements qui sont sous surveillance renforcée : 35% envisagent de transgresser les règles. Sans surprise, ils sont encore plus nombreux (40%) dans les départements les moins touchés par l’épidémie. Si les Français les plus âgés semblent mieux accepter les contraintes d’un confinement, le désir de transgression est massif chez les jeunes. 55% des 25-34 ans et 62% des 18-24 ans assurent qu’ils ne respecteraient pas cette mesure si elle venait à s’appliquer dans leur département.

En revanche, les Français sont pour que le gouvernement relâche la pression. 8 sur 10 (78%) approuveraient un allègement des restrictions dans les départements les moins touchés par l’épidémie. Ils prônent un couvre-feu plus tardif, une réouverture des musées, une ouverture encadrée des cafés et restaurants à midi. Très logiquement, ils sont 82% dans les départements où le virus circule le moins.

*L’enquête a été réalisée par internet les 2 et 3 mars auprès d’un échantillon de 1 005 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.