Pas-de-Calais : le préfet propose un confinement dans le département pour les trois prochains week-ends

Cette proposition a été faite lors d'une réunion en visioconférence avec des élus du département. Elle sera présentée mercredi matin en Conseil de défense sanitaire. "Il faut que nos ayons une réaction collective et forte", abonde la maire de Calais.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les bureaux de la préfecture du Pas-de-Calais à Arras. (MAXPPP)

Le préfet du Pas-de-Calais a proposé mardi 2 mars, dans la soirée un confinement dans le département pour les trois prochains week-ends, afin d'endiguer l'épidémie de Covid-19 sur le territoire, a appris franceinfo auprès du maire d'Arras Frédéric Leturque, confirmant une information de BFM TV. Cette proposition a été faite lors d'une réunion en visioconférence avec des élus du département.

La mesure sera présentée mercredi matin en Conseil de défense sanitaire. Une autre réunion en visioconférence aura lieu dans la soirée avec les élus du Pas-de-Calais pour assurer la mise en application rapide des mesures décidées. Après Dunkerque et les Alpes-Maritimes, le Pas-de-Calais serait ainsi le troisième territoire français à faire l'objet d'un renforcement localisé des mesures de restrictions sanitaires.

"Un gros coup de gueule par rapport aux vaccins"

La proposition du préfet du Pas-de-Calais "n'est pas réjouissante, mais il faut que nos ayons une réaction collective et forte", juge sur franceinfo Natacha Bouchart, maire de Calais et vice-présidente de la région Hauts-de-France. "Nous sommes arrivés dans le Pas-de-Calais à un taux d'incidence de 402 pour 100 000 habitants. [L'agglomération de Calais] est à 439 alors qu'elle était à 350 la semaine dernière, à 200 mi-février, détaille la maire de Calais. Les résultats sont plus qu'inquiétants, les mesures doivent être prises".

"Nous sommes pragmatiques : nous ne sommes pas sûrs que ces mesures puissent être suffisantes".

Natacha Bouchart

à franceinfo

La maire de Calais précise par ailleurs que lors de cette réunion entre le préfet du Pas-de-Calais et les élus du département, il y a eu "un gros coup de gueule par rapport au vaccin. Nous estimons que si nous sommes arrivés à de tels taux d'incidence, c'est parce que les vaccins ne sont pas dans le Pas-de-Calais. (...) Nous avons plus de deux mois de retard sur la vaccination", affirme Natacha Bouchard, évoquant notamment les 125 000 habitants de plus de 75 ans vivant dans le département.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.