Covid-19 : le confinement entre en vigueur pour le week-end dans la métropole de Dunkerque et sur le littoral des Alpes-Maritimes, voici ce qu'il est possible ou non de faire

Ces restrictions supplémentaires pourraient s'étendre à d'autres départements placés en "surveillance renforcée" la semaine prochaine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des promeneurs sur la promenade des Anglais à Nice (Alpes-Maritimes), vendredi 26 février 2021, à quelques heures du reconfinement local décidé pour lutter contre la pandémie de Covid-19. (MAXPPP)

Premier week-end de reconfinements locaux. Depuis ce vendredi 26 février à 18 heures, la métropole de Dunkerque (Nord) ainsi que le littoral des Alpes-Maritimes sont reconfinés jusqu'à lundi matin. Une décision prise pour ralentir la prolifération des variants du Covid-19 dans ces territoires, et qui pourrait s'étendre à d'autres départements placés en "surveillance renforcée" la semaine prochaine.

>> Covid-19 : suivez l'actualité en direct avec franceinfo

Vous vous trouvez actuellement dans un de ces deux territoires ? Franceinfo récapitule ce qu'il est possible ou non de faire.

Dans les Alpes-Maritimes

Le confinement concerne l'ensemble de la zone littorale du département, de Menton à Théoule-sur-Mer. De vendredi à 18 heures au lundi 1er mars à 6 heures, ainsi qu'aux mêmes horaires du 5 au 8 mars, les déplacements non justifiés par un motif dérogatoire (achats de produits de première nécessité, activité professionnelle, motif médical...) seront interdits.

Les déplacements autorisés pour une activité physique individuelle, ou pour promener des animaux de compagnie, ne pourront pas excéder une heure et dépasser un rayon de 5 km autour du domicile.

L'ensemble des commerces – sauf les magasins d''alimention, les pharmacies, les laboratoires médicaux, les débits de tabac, les stations-service et les garages – seront fermés pendant ces périodes de confinement. Depuis mardi, les commerces et galeries marchandes de plus de 5000 m2 ont déjà reçu l'ordre de fermer pour deux semaines, seule une activité de "click and collect" leur étant autorisée.

Des restrictions supplémentaires ont été prises à Nice. L'accès aux plages de la ville sera interdit pendant les deux week-ends de confinement, et plusieurs marchés non alimentaires se situant dans des quartiers durement touchés par l'épidémie seront également fermés. Le maire LR de la ville, Christian Estrosi, a justifié sa décision par l'objectif "d'éviter absolument des rassemblements trop massifs".

Dans l'agglomération de Dunkerque

Comme dans le littoral des Alpes-Maritimes, les agglomérations de la communauté urbaine de Dunkerque ainsi que la communauté de communes des Hauts de Flandre sont visées par "un confinement strict" à partir de vendredi, 18 heures, jusqu'à lundi, 6 heures. Cette mesure sera reconduite le week-end prochain. 

Dans cette agglomération de 250 000 habitants dont "un sur cent tombe malade chaque semaine" selon Olivier Véran, le port du masque sera rendu obligatoire dans toutes les "zones urbanisées" et les plages. Les déplacements le week-end ne seront possibles que pour certains motifs, les magasins non alimentaires fermés, et les dix plus grands centres commerciaux ne fonctionneront plus qu'en "cliquez-emportez", a précisé sur place le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Parmi les rares exceptions au confinement, on retrouve les déplacements professionnels, ceux liés à l’achat de produits de première nécessité, les déplacements pour motif médical, ceux justifiés par un motif familial impérieux, les déplacements pour se rendre dans un service public ou dans un lieu de culte, pour se rendre dans une gare ou un aéroport dans le cadre d'un long déplacement, ou encore les déplacements liés une activité sportive, pour une durée maximale d’une heure et dans un rayon de 5 km autour du domicile.

Pour aider à juguler l'épidémie, la consommation d'alcool sur la voie publique est par ailleurs interdite dans l'ensemble du département du Nord.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.