Confinement dans les Alpes-Maritimes : "On n'est pas dans la pédagogie, on est dans la verbalisation ce week-end", prévient un syndicat de police

Le secrétaire départemental du syndicat Unité-SGP dans les Alpes-Maritimes assure que des amendes sont dressées ce week-end, pour ceux qui ne respectent pas le confinement partiel mis en place sur le littoral aux alentours de Nice.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers contrôlent un cycliste sur la promenade des Anglais à Nice (Alpes-Maritimes), le 27 février 2021. (VALERY HACHE / AFP)

"Il y a des PV qui sont dressés" pour non-respect du confinement dans les Alpes-Maritimes, a affirmé Laurent Martin de Frémont, secrétaire départemental du syndicat Unité-SGP pour les Alpes-Maritimes, samedi 27 février le samedi matin sur le littoral, mais elle s'est atténuée "au fil des heures".

"Si le discernement s'applique toujours, je peux vous dire qu'on n'est pas dans la pédagogie, assure Laurent Martin de Frémont. On a fait preuve de pédagogie sur le confinement numéro un, on a fait preuve de pédagogie sur le confinement numéro deux. On a des consignes de faire beaucoup moins dans la pédagogie. Donc on est dans la verbalisation ce week-end et on le sera le week-end prochain."

Le secrétaire départemental du syndicat Unité-SGP assure que ses collègues feront tout de même preuve de discernement, par exemple face à "quelqu'un qui court seul sur une artère et qu'il est 18h05". "Je ne connais pas beaucoup de collègues qui auraient verbalisé cette personne seule", précise-t-il.

>> Covid-19 : le confinement entre en vigueur pour le week-end dans la métropole de Dunkerque et sur le littoral des Alpes-Maritimes, voici ce qu'il est possible ou non de faire

Pour aider les policiers locaux à faire respecter ce confinement du week-end, "on a avec nous, une compagnie de CRS, ça c'est une bonne chose", salue Laurent Martin de Frémont. Il rappelle que "toutes ces missions" liées au confinement s'additionnent. Selon lui, c'est "un peu plus au travail qu'on nous demande de faire, ça devient très compliqué pour nous".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.