Covid-19 : à Boulogne-sur-Mer, vaccination possible jusqu'à 22h ce week-end, les créneaux "se sont remplis en dix minutes"

"On a eu une dotation supplémentaire en vaccins de l'ARS des Hauts-de-France", explique la directrice du centre de vaccination du Palais des Sports Damrémont.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un homme va se faire vacciner au CHU de Clermont-Ferrand. (Illustration).  (R?MI DUGNE / MAXPPP)

Alors que le gouvernement a sonné la mobilisation générale pour maintenir le rythme de la vaccination contre le Covid-19 durant le long week-end de l'Ascension, le centre de vaccination du Palais des Sports Damrémont de Boulogne-sur-Mer va rester ouvert samedi et dimanche jusqu'à 22 heures. Le centre espère recevoir 5 400 personnes ce week-end a expliqué sa directrice Caroline Bray jeudi 13 mai sur francenfo. Ces nocturnes sont en "phase expérimentale" pour essayer de vacciner plus facilement les actifs.

franceinfo : Vous allez rester ouvert tout le week-end ?

Caroline Bray : Nous sommes ouverts de ce jeudi matin jusqu'à dimanche soir. Nous espérons vacciner 5 400 personnes avec l'espoir d'être disponibles pour la population de l'agglomération du Boulonnais, des ouvertures qui se feront en nocturne, ce jeudi soir nous allons travailler jusque 20h, samedi et dimanche, jusqu'à 22h. Dimanche nous seront ouverts toute la journée. C'est un choix motivé par l'ouverture de la vaccination aux actifs. Le soir, nous avons des personnes qui attendent encore leur dose de vaccination, et puis nous avons énormément de demandes. Déjà hier nous avons paramétré notre Doctolib pour la soirée de ce soir, de 18h à 20h à hauteur de 300 vaccins. [Les créneaux] se sont remplis en dix minutes.

A partir de 20h et jusqu'à 22h, ce sont encore des rendez-vous que l'on peut prendre ou bien on se présente directement au centre ?

Ce sont des rendez-vous que l'on peut prendre. Une programmation en fin de soirée doit être millimétrée, donc il faut absolument ne perdre aucune dose et avoir des rendez-vous qui se remplissent pour qu'on puisse calculer notre nombre de doses de manière très précise. On a une dotation supplémentaire en vaccins de l'ARS des Hauts-de-France. Aujourd'hui nous faisons 1 352 vaccins, 1 500 vendredi, c'est notre plus belle journée, nous n'avons jamais atteint ce chiffre dans ce centre de vaccination. On a monté notre dispositif crescendo au gré des doses allouées depuis janvier. On a commencé à faire des journées à 300 vaccins. Aujourd'hui en routine on atteint les 900 à 1 000 vaccins, et ce week-end on va atteindre les records de 1 500 pour vendredi, avec une énergie considérable déployée par des professionnels venant de partout : du monde libéral, des retraités, etc. C'est une mission assez intéressante de pluriprofessionnalité intergénérationnelle, et surtout un lien ville-hôpital assez intense puisqu'on travaille main dans la main avec tout le personnel de la mairie de Boulogne, mais également des communes qui viennent nous aider sur la partie administrative.

Vous n'avez donc pas eu de difficultés à trouver du personnel ?

Non, l'enthousiasme est là, les troupes sont motivées. Il y a un engouement autour de la vaccination qui est un service rendu à la population. On travaille en partenariat avec le Centre hospitalier de Boulogne-sur-Mer. Cette vaccination a des retentissements sur l'activité hospitalière puisque le nombre de patients hospitalisés pour Covid-19 commence enfin à chuter. Cette lueur d'espoir motive énormément tout le personnel.

Ce sont des locaux ou des touristes venus passer le week-end à Boulogne-sur-Mer qui ont pris rendez-vous à votre connaissance ?

D'une manière générale, c'est à 95% des personnes de l'agglomération du Boulonnais. Ce week-end, on imagine qu'il va y avoir de la transhumance vers la côte pour profiter un petit peu. Comme ils ont l'habitude de le faire, les usagers des Hauts-de-France vont converger les Côte d'Opale, comme ils sont l'habitude de le faire les longs week-end.

Cela a vocation à durer au-delà du week-end de l'Ascension cette ouverture en nocturne ?

On est en phase expérimentale, on va voir comment se présente, si cela remporte un franc succès. On va toucher des populations qui sont dites actives et qui travaillent en journée. La vaccination en soirée présente un intérêt pour cette population-là. Mais nous n'abandonnons pas nos populations vulnérables. Le centre de vaccination met à disposition avec l'appui de la communauté des relais dans les communes pour vacciner les personnes qui ne peuvent pas se déplacer et n'ont pas d'accès à internet. On a mis aussi en place un partenariat avec la CPAM sur un dispositif qui s'appelle "Aller vers", qui permet de vacciner les vulnérables qui ne le seraient pas, et également une "vacc-mobile" pour aller à domicile avec le partenariat des médecins traitants pour n'oublier personne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.