Couvre-feux locaux avancés à 18h : "Pourquoi attendre le 2 janvier ?", s'interroge le président de la région Grand Est

Alors qu'un couvre-feu avancé à 18h dans plusieurs départements est envisagé par le gouvernement à partir de samedi, Jean Rottner, président Les Républicains de la région Grand Est, réclame un confinement local immédiat.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président de la région Grand Est Jean Rottner à Matignon le 28 septembre 2020. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

"Pourquoi attendre le 2 janvier, pourquoi ne pas le faire de suite ? Est-ce que ça ne risquerait pas de nous faire prendre un train de retard ?", s'est interrogé Jean Rottner, président Les Républicains de la région Grand Est, mercredi 30 décembre sur franceinfo, alors que le gouvernement envisage un couvre-feu avancé à 18h, au lieu de 20h, dans certains départements à partir de samedi. Jean Rottner aurait toutefois préféré un reconfinement local "bref, efficace" pendant "cette période de vacances où l'activité est un peu moindre".

franceinfo : Que pensez-vous de cette mesure ?

Jean Rottner : Je crois que la première des réactions pour moi, c'est de dire : enfin ! Enfin, le gouvernement s'appuie sur les territoires, sur les élus pour une gestion différenciée. Mais j'ai une question : pourquoi attendre le 2 et pourquoi ne pas le faire de suite ? Est-ce que ça ne risque pas de nous faire prendre un train de retard et donc de voir passer de nouveau cette épidémie et de courir derrière ? On voit quand même des éléments positifs d'amélioration avec une tendance à la baisse des hospitalisations. C'est plutôt pas mal. Ça veut dire que, en tout cas en ce qui concerne ma région, les habitants du Grand Est ont fait des efforts pendant le week-end de Noël. Il faut que cela soit confirmé. Et si je crois bien comprendre, le gouvernement attend d'avoir des chiffres plus précis pour savoir s'il faut encore durcir les positions ou pas.

Pas de reconfinement national ni local envisagé pour le moment, vous le comprenez ? Vous vous étiez dit favorable à un reconfinement local en début de semaine.

Ce que je comprends, c'est que le gouvernement est plutôt dans une position attentiste et essaie de voir comment évolue l'épidémie. Moi, j'aurais souhaité effectivement que nous arrivions à anticiper, à prendre les devants et à pouvoir profiter de cette période de vacances où l'activité est un peu moindre, où les enfants et les jeunes sont encore à la maison, où certains sont encore en vacances pour pouvoir réaliser une forme de confinement bref, efficace, et qui n'ait pas d'interaction avec les activités économiques de manière majeure. Le gouvernement a fait un autre choix.

Mais un couvre-feu à partir de 18h plutôt que 20h, cela change quoi, selon vous ?

C'est une question que beaucoup se posent, mais je crois que ça réduit quand même les interactions. Ça nécessite de rentrer plus tôt. Et c'est un signal fort, un dernier signal que tente de donner le gouvernement. Alors, certes, c'est peut-être du symbole, mais vous savez, quand vous avez neuf départements sur dix dans ma région qui sont concernés par un symbole, c'est plus que du symbole.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.