Confinement : les libraires vont s'organiser pour de nouveau faire face à Amazon

Les libraires ne font pas partie de la liste des commerces autorisés à ouvrir pendant le confinement. Pour contrer Amazon, les libraires sont prêts à user de nouveau de créativité. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Pendant le confinement, la librairie "Les Sandales d'Empédocle" à Besançon (Doubs) proposait un service de "click and collect". (JEAN-FRANÇOIS FERNANDEZ / FRANCE-BLEU BESANÇON)

Avec le retour du confinement au moins jusqu'au 1er décembre, les librairies, considérées comme "commerces non essentiels", doivent à nouveau baisser le rideau. Elles se retrouvent soumises à la concurrence d'Amazon et des autres géants de la vente en ligne. Au printemps dernier, les libraires avaient réussi à se réinventer. Avec cette nouvelle période délicate pour eux, ils veulent croire que la partie n'est pas perdue.

Renforcer la vente sur internet 

Le premier confinement l'avait prouvé : lire n'est pas qu'un loisir. "Je dirais même que c'est effectivement vital pour certaines personnes, estime Marie Zannini, de la librairie du théâtre à Bourg-en-Bresse. "On va se manquer avec nos clients parce qu'on a des rendez-vous parfois hebdomadaires. Le prix du livre est unique donc il faut en profiter, il faut faire travailler ses libraires", ajoute-t-elle.

Depuis le déconfinement du 11 mai, la fréquentation dans les librairies n'a fait que grimper. "Je n'imaginais pas une seconde que les clients reviennent aussi vite vers les librairies, raconte Xavier Mon, cogérant de la boutique comme un roman dans le quartier du Marais, à Paris. Ç'a été une surprise magnifique. À nous d'inventer ou de réinventer une autre manière de travailler. On est tous sur Internet. On n'a pas la même puissance de tir qu'une entreprise comme Amazon, mais on est présent", rajoute-t-il. 

Le "click and collect" mis en place il y a cinq mois a bien fonctionné, tout comme le site lalibrairie.com, qui permet de commander et de réserver son livre chez un libraire indépendant. "On reste quand même une PME à taille humaine", affirme Georges-Marc Habib, libraire à Paris et président de la Générale Librest

On a l'expérience du premier confinement. On devrait être capable de pouvoir répondre à la demande de nos clients.

Georges-Marc Habib, libraire à Paris

à franceinfo

"On se rend compte que le commerce de proximité a quand même une valeur essentielle dans le monde d'aujourd'hui", constate le libraire. Alors qu'ils s'arrêtent à l'aube de la période de Noël, la plus importante pour eux, les libraires affirment aujourd'hui avoir besoin du soutien de tout le monde.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.