Confinement : le vice-président de l'UMIH se dit "soulagé "par le nouveau plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées

Le ministre de l'Economie a annoncé samedi que le plafond d'indemnisation pour les entreprises les plus touchés allait être doublé. Pour Hervé Bécam, l'ancien plafond de 100 000 euros "excluait un grand nombre d'entreprises".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Illustration d'une terrasse d'un restaurant parisien fermé en raison du confinement. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le vice-président de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie Hervé Becam se dit "soulagé" sur franceinfo, samedi 28 novembre, par le nouveau plafond d'indemnisation pour les entreprises qui resteront fermées le mois de décembre. Elles pourront bénéficier de 200 000 euros par mois au lieu de 100 000. L'annonce a été faite par le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, lors d'un déplacement auprès de commerçants de Reims (Marne) avec le Premier ministre, Jean Castex.

Ce soutien est destiné aux entreprises fermées et à celles du secteur du tourisme, de l'événementiel, du sport et de la culture qui réalisent moins de 50% de leur chiffre d'affaires. "C'est une mesure que l'on réclamait parce que le plafonnement à 100 000 euros excluait un grand nombre d'entreprises et notamment les entreprises ayant plusieurs établissements qui pouvaient bien évidemment dépasser ce seuil", explique Hervé Becam.

"Une très bonne nouvelle"

Cette mesure n'est pas sans rappeler la promesse d'aider les entreprises françaises "quoi qu'il en coûte", faite par le président Emmanuel Macron. "Je ne sais pas si on y est tout à fait, estime Hervé Becam, mais en tout cas on s'en approche et c'est une très bonne nouvelle."

Selon lui "cela apporte des espoirs et des perspectives pour un grand nombre d'établissements qui jusque là se posaient la question de savoir si, au vu de la date fixée au 20 janvier [pour la réouverture des restaurants] ils allaient pouvoir assurer le fonctionnement et le maintien en vie de leurs entreprises."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.