Aides pour les restaurateurs : "Nous sommes déçus par les annonces du Premier ministre et ça tourne un peu à la colère", regrette le GNI

Didier Chenet estime que les aides annoncées par le gouvernement ne sont pas toutes satisfaisantes. Il s'inquiète notamment pour les compensations de perte de chiffre d'affaires. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des restaurants fermés lors du deuxième confinement à Rennes.  (LOÏCK GUELLEC / FRANCE-BLEU ARMORIQUE)

"Nous sommes déçus par les annonces qui ont été faites par le Premier ministre et ça tourne un peu à la colère", a réagi Didier Chenet, président du Groupement national des indépendants (GNI) de l'hôtellerie et de la restauration, jeudi 26 novembre sur franceinfo, après la conférence de presse de Jean Castex pour préciser les contours du déconfinement progressif. 

>>> Retrouvez ici toutes les infos après la conférence de presse de Jean Castex 

"Il nous a annoncé la fameuse aide de 20% pour les restaurants mais elle est pour le mois de décembre", a-t-il pointé. Toutes les entreprises qui subissent une fermeture administrative à partir du mois de décembre vont en effet pouvoir bénéficier d’une aide correspondant à 20% du chiffre d’affaires mensuel réalisé à la même période l’année précédente. "Mais [en décembre] 2019, je ne sais pas si vous vous souvenez, il y avait des grèves qui ont considérablement perturbé notre activité. Et si je me réfère à 2018, c'est également les 'gilets jaunes'. Par conséquent, la comparaison et la jauge sur laquelle ça va se faire, ce n'est pas bien", a critiqué Didier Chenet qui déplore également que "rien n'a été dit sur les congés payés du chômage partiel, qui sont une bombe à retardement". 

En revanche, Jean Castex a répondu favorablement "à une demande que nous avions faite" concernant les 400 000 extras de la restauration qui vont pouvoir bénéficier d'une aide de 900 euros par mois jusqu'en février 2021. "C'était une situation intenable pour ces salariés qui arrivaient aujourd'hui en fin de droits", a souligné Didier Chenet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.