200 Britanniques s'enfuient d'une station de ski en Suisse : "une extrapolation", affirme l'office du tourisme de Verbier

Ces vacanciers voulaient échapper à la quarantaine imposée aux Britanniques en Suisse. Le directeur de l'office du tourisme reconnaît quelques "récalcitrants" mais plaide le "malentendu".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dans la station de ski de Verbier en Suisse le 21 décembre. (FABRICE COFFRINI / AFP)

"Un malentendu, une extrapolation" : pour Simon Wiget, directeur de Verbier Tourisme, le chiffre de 200 Britanniques qui se seraient enfuis dans la nuit pour échapper à la quarantaine est "totalement erroné". Dimanche, la municipalité avait déclaré qu'environ 200 sur les quelque 420 vacanciers britanniques présents dans la station de ski suisse avaient tout simplement pris la poudre d'escampette. Des propos de la municipalité de Bagnes relayés par le journal Sonntags Zeitung et l'agence de presse ATS. "C'est une extrapolation, selon Simon Wiget, directeur de Verbier Tourisme, peut-être liée à un malentendu" liée à la traduction.

Depuis le 14 décembre, le gouvernement suisse impose une quarantaine de dix jours à tous les voyageurs en provenance du Royaume-Uni et de l'Afrique du Sud. Le chargé de communication de la commune de Bagnes, Jean-Marc Sandoz, avait raconté que "c'est en voyant que les plateaux-repas restaient intacts que les hôteliers ont constaté que les clients étaient partis." Pour le patron de l'office du tourisme de Verbier, station huppée très prisée des Britanniques, le malentendu vient d'un problème de traduction. "À quoi s'ajoutent certaines rumeurs et beaucoup de choses qui sont gonflées dans cette situation de pandémie, explique Simon Wiget. De notre côté, nous n'avons eu aucune information officielle, ni de la part des hôteliers ni de la part des autorités, d'une fuite de ces personnes, comme les médias le laissent entendre".

"Toutes les quarantaines ont été respectées"

Simon Wiget réfute le chiffre de 200 personnes qui est, selon lui, "absolument faux". Pour certains vacanciers "issus du territoire britannique, mais pas forcément des Anglais", les mesures de quarantaine "arrivent à échéance ou sont déjà arrivées à échéance" : la quarantaine de dix jours est imposée depuis le 14 décembre. "Cela veut dire que beaucoup de gens, finalement, ont déjà terminé leur quarantaine. Auxquels s'ajoutent les personnes qui sont rentrées de manière tout à fait correcte et celles qui sont encore en quarantaine maintenant."

"Toutes les quarantaines ont été respectées", assure Simon Wiget. Il ne nie pas que certaines personnes ont pu ne "pas respecter les mesures" mais il estime "qu'il y a également un amalgame" entre ces personnes récalcitrantes et "celles qui sont parties de manière tout à fait correcte".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.