Covid-19 : environ 200 Britanniques en quarantaine dans une station de ski suisse ont pris la fuite

"C'est en voyant que les plateaux-repas restaient intacts que les hôteliers ont constaté que les clients étaient partis", a raconté le chargé de communication de la station.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La station suisse de Verbier, le 22 décembre 2020. (FABRICE COFFRINI / AFP)

C'est une véritable évasion. Quelque 200 vacanciers britanniques obligés de respecter une quarantaine de dix jours dans la station de ski suisse de Verbier se sont enfuis clandestinement à la faveur de la nuit, a annoncé la municipalité de Bagnes dimanche 27 décembre.

Au total, ils étaient environ 420 vacanciers britanniques frappés par les mesures de quarantaine imposées par le gouvernement suisse aux voyageurs venus du Royaume-Uni depuis le 14 décembre, a rapporté le journal SonntagsZeitung.

La station huppée de Verbier, très prisée de la clientèle britannique, espérait accueillir des milliers de skieurs en provenance d'outre-Manche, mais la découverte du nouveau variant britannique du coronavirus a ruiné ces espoirs.

"On ne peut pas leur en vouloir"

Certains touristes britanniques en séjour à Verbier sont partis immédiatement, mais d'autres ont décidé de rester encore un peu, a expliqué la commune de Bagnes. Beaucoup sont restés en quarantaine pendant une journée avant de s'enfuir à la faveur de la nuit, selon l'agence de presse ATS. 

"C'est en voyant que les plateaux-repas restaient intacts que les hôteliers ont constaté que les clients étaient partis", a ajouté le chargé de communication de Bagnes. "On ne peut pas leur en vouloir. Dans la plupart des cas, la quarantaine était intenable. Imaginez rester à quatre dans une chambre d'hôtel de 20 m2", a-t-il ajouté.

Les touristes sont repartis "un peu fâchés contre la Suisse" et avec le sentiment d'avoir été "pris au piège". D'après le responsable de la communication de la commune de Bagnes, certains sont partis vers la France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.