Chroniques du ciel, France info

Chroniques du ciel. Maintien des compétences des pilotes et maintenance des avions pendant le confinement

Comment s'organisent les compagnies aériennes pour maintenir le niveau de compétences de leurs pilotes qui ne volent plus ? Comment s'organise la maintenance des avions en cette période de confinement ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des avions cloués au sol le 24 mars 2020 à l\'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle.
Des avions cloués au sol le 24 mars 2020 à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. (THOMAS SAMSON / AFP)

Comment s'organisent les compagnies aériennes avant la reprise des vols ? la question du maintien des compétences des pilotes, se pose. 

Avant même la fin de la pandémie et la levée du confinement, les compagnies aériennes réfléchissent d'ores et déjà, à la reprise de leur activité. Outre l’aspect économique, le maintien des compétences des pilotes, ce que l’on appelle l’expérience récente, constitue une autre difficulté.

Dérogation sur la durée de validité des qualifications

La réglementation européenne stipule qu’un pilote doit avoir effectué trois décollages ou atterrissages dans les 90 jours. Et si l’EASA, l’agence européenne de sécurité aérienne vient de déroger sur la durée de validité des qualifications et qu’elle autorise désormais les ré-entraînements au simulateur, la reprise ne pourra être que très progressive.

Pour Dominique Falque, chef pilote de la Compagnie, un opérateur 100% Business sur la ligne Paris-New York, la difficulté sera de trouver des créneaux de simulateur de vol. Toutes les compagnies vont s'y précipiter à la fin du confinement.

Avions entretenus au sol

Cloués au sol, les avions sont eux bichonnés, suivant un programme d’entretien du constructeur. Tous les systèmes sont régulièrement testés jusqu’au redémarrage des moteurs.

Toutes les semaines, ou deux semaines ou une fois par mois, on vérifie dans des tâches de maintenance, les systèmes hydrauliques, de freinage, on démarre les moteurs une fois par mois. Un avion doit être déplacé d'un quart de tour des roues, avec une fréquence hebdomadaire, à cause du poids de l'avion sur les pneus.

Enea Frecassi, directeur de la flotte Corsair

Pilotes, mécaniciens, personnels au sol n’attendent plus qu’une seule chose, que ces avions reprennent au plus vite la vite la voie des airs. Mais en attendant, restez chez vous.      

Des avions cloués au sol le 24 mars 2020 à l\'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle.
Des avions cloués au sol le 24 mars 2020 à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. (THOMAS SAMSON / AFP)